L'ex-Clemenceau ralentit pour arriver
dimanche matin au large d'Hartlepool

HARTLEPOOL, Royaume-Uni (AFP) L'ex-porte-avions français Le Clemenceau a ralenti l'allure pour se présenter dimanche matin devant l'estuaire de la rivière Tees, à Hartlepool (nord-est de l'Angleterre), a indiqué à l'AFP un porte-parole de la société Able UK qui doit le démanteler.

"Il avance désormais très lentement pour arriver devant l'embouchure de la rivière Tees dimanche matin", a précisé cette source. "Nous avons estimé qu'il était plus sûr qu'il reste en mouvement en permanence", a-t-elle précisé.

En milieu de journée, alors que l'ex-Clemenceau était remorqué à une vitesse d'environ 5 à 6 noeuds, ce porte-parole avait anticipé une arrivée devant la Tees samedi aux environs de 17H30 GMT.

 

L'ex-porte-avions Clemenceau, le 3 février 2009 à Brest

Dans cette hypothèse, l'ex-porte-avions qui est tracté par un remorqueur de haute mer depuis son départ de Brest mardi, aurait dû passer la nuit au mouillage dans la mer du Nord pour effectuer la dernière partie de son ultime voyage après la levée du jour et la marée haute dimanche.

Un point sur les conditions météorologiques, notamment le vent, est prévu dimanche matin vers 08H00 et "si tout va bien", le Clemenceau "remontera le chenal de Seaton jusqu'à son amarrage au quai" du chantier naval dans la matinée.

L'arrivée à cette escale finale est prévue aux alentours de 14H30 GMT dimanche, a poursuivi le porte-parole, maintenant les prévisions annoncées vendredi après-midi par Able UK.

Si la météo n'était pas au rendez-vous, la remontée des quelque deux kilomètres qui séparent l'estuaire du chantier "serait reportée à lundi", a-t-il ajouté.

Mis à part d'éventuels caprices de la météo, l'ancien fleuron de la marine française ne devrait plus rencontrer d'écueil sur son chemin. Après des années de péripéties diplomatico-judiciaires liées à l'amiante contenue dans sa carcasse, les opposants devraient faire profil bas à son arrivée.

L'association locale Friends of Hartlepool, dont tous les recours en justice contre le transfert du navire ont échoué, ne prévoyait samedi soir aucune manifestation à proprement parler même si plusieurs membres avaient l'intention d'assister à l'arrivée.

"Les gens ne pensent qu'aux emplois créés, et quand ils se rendront compte des problèmes de pollution, ce sera trop tard", a estimé Iris Ryder, l'une des responsables de l'association.

AFP - 07/02/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil