Ex-Clemenceau : entre deux eaux

Le soulagement aura peut-être de courte durée pour la Marine nationale. Car si la justice britannique a be! et bien débouté, le 29 septembre, l'association britannique Friends of Hartlepool, qui avait saisi la haute cour de Londres afin d'obtenir l'annulation de l'autorisation d'importation de produits contaminés par l'amiante contenus dans l'ex-Clemenceau, l'horizon de la coque Q-790 n'en est pas pour autant dégagé...

Nouveau recours ?
L'association anglaise envisageait en effet en milieu de semaine de faire appel, et de retarder encore un peu plus l'arrivée programmée de la vieille coque française le long des quais d'Able UK, le chantier anglais qui avait remporté en juin l'appel d'offres portant sur la déconstruction de l'ex-Clemenceau. Et ce pourrait n'être là qu'un début. A Brest, l'association AE2D est ainsi en train de constituer un dossier destiné à déposer un recours en référé devant le tribunal administratif de Rennes. «Que les Anglais fassent appel ou non, nous sommes déterminés à porter aussi l'affaire devant la justice», confirme Roger Abiven, l'un des représentants de l'association. Les Brestois pourraient notamment pointer les critères de choix pris par l'État pour attribuer la déconstruction à Able UK : «Le préfet maritime nous avait au départ assuré que le coût ne serait pas un élément déterminant, que le choix se ferait surtout en fonction de critères sociaux et environnementaux... 0r, l'on sait que c'est le prix proposé par Able UK, bien inférieur à ceux de ses concurrents, qui lui a fait remporter l'appel d'offres.»
Du côté des autorités militaires, l'on se veut encore optimiste : «Le bateau est prêt à partir. Il appartient désormais à Able UK de se mettre en contact avec une société de remorquage, avec laquelle nous organiserons ensuite le transfert», avance ainsi la préfecture maritime. AE2D n'attend plus que cela : «Dès que la Marine annoncera une date de départ, nous déposerons un recours en référé... Le feuilleton est loin d'être terminé» prévient Roger Abiven.

E.J.
Le Courrier du Léon - 03/10/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil