Ex- Clemenceau : Pas de pollution selon la Marine

Tout baigne dans les eaux du C/emenceau. Suite à la polémique suscitée par le nettoyage de la vieille coque, début janvier, la Marine a fait procéder à des analyses des eaux où stationne l'ancien porte-avions, et ce avant et après l'opération. Résultat des courses: les mesures ont révélé « une teneur moyenne de 13 nanogrammes de TBT (TributyIétain) par litre [] à rapporter à une valeur moyenne de neuf nanogrammes par litre sur les trois dernières années ». Commentaire de la Marine : « Ces concentrations sont très faibles et se situent au seuil de détection de ces substances. »

DÉPART REPORTÉ
Des résultats et interprétations qui n'ont guère convaincu l'association Agir pour l'environnement et le développement durable (AE2D), qui avait déposé plainte pour délit de pollution des eaux le 12 janvier. L'association estime que « ces résultats auraient gagné en crédibilité si ces mesures avaient été effectuées par un laboratoire indépendant ». De plus, AE2D regrette que les analyses n'aient pas porté « sur les sédiments au-dessous de la coque », rappelant que « le problème du grattage [...] n'est pas tant la dissémination des particules dans le milieu liquide mais le fait que le TBT rejoigne des sédiments déjà très pollués et ne se dégrade alors que très lentement ».
Par ailleurs, le départ annoncé de l'ex-Clem pour cette fin de semaine a dû être reporté, en raison de mauvaises conditions météo.

Elisabeth Jard
Le Courrier du Léon et du Tréguier - Finistère - 16/01/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil