PACA : des collectivités renoncent à la cérémonie des voeux
pour cause de crise

Plusieurs collectivités de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, à commencer par le conseil régional lui-même, ont annoncé jeudi qu'elles renonçaient à organiser début 2009 leurs traditionnelles cérémonies des voeux aux corps constitués pour cause de crise.

"Compte-tenu de la situation économique et sociale, le président de la région Michel Vauzelle (PS) a décidé de ne pas organiser cette année la traditionnelle cérémonie des voeux", a-t-il fait savoir dans un communiqué, précisant que les sommes économisées seront versées aux associations caritatives régionales.

Un peu plus tôt, le président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, avait fait la même annonce devant la presse, précisant lui aussi que les sommes non dépensées, ainsi que le budget prévu pour les illuminations du bâtiment de l'Hôtel du Département, iraient aux associations caritatives départementales.

M. Guérini a justifié cette décision par "l'aggravation des difficultés" déjà constatées en raison du ralentissement de l'activité économique, dans un département où 20% de la population (30% à Marseille) vit en-dessous du seuil de pauvreté.

Pour aider les grandes associations caritatives dans leur action, le budget 2009 du conseil général des Bouches-du-Rhône - qui sera voté vendredi - prévoit également un plan d'aide exceptionnel de 600.000 euros, en complément des lignes budgétaires déjà consacrées aux politiques de solidarité.

La traditionnelle réception de nouvel an aux corps constitués est également annulée à la Mairie de Marseille, a fait savoir par communiqué le maire UMP Jean-Claude Gaudin.

"Le contexte économique actuel étant particulièrement sensible et les finances de la ville devant être gérées au plus près, j'ai pris la décision, cette année, d'annuler la réception", a-t-il expliqué.

L'argent économisé sera utilisé "pour la réalisation de projets qui pourront profiter à Marseille et à l'ensemble des Marseillais pour améliorer leur qualité de vie", a-t-il ajouté, sans plus de précision.

Même décision, enfin, à la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole. "A un moment où tant de familles sont à la peine dans leur vie quotidienne, les collectivités doivent plus que jamais veiller à ce que l'argent public qu'elles gèrent soit employé aux mieux des besoins réels de la population", a expliqué le président de MPM Eugène Caselli (PS).

Le Monde - 11/12/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil