« Agir pour l'environnement » : lettre ouverte sur la qualité de l'eau

L'association Agir pour l'environnement et le développement durable (AE2D) vient d'adresser une lettre ouverte aux conseillers généraux dont le canton n'est pas renouvelable cette année. Les militants souhaitent attirer l'attention des élus, et au passage des candidats, sur les problèmes de la qualité de l'eau.
L'association Agir pour l'environnement et le développement durable a trouvé pour sa lettre ouverte un emballage original. Le courrier est en effet conditionné dans des bouteilles plastiques. L'association demande aux conseillers «de prendre en charge de façon urgente, résolue, énergique, prioritaire, les problèmes des eaux douces et marines dans le Finistère». AE2D a constitué un dossier sur le sujet, agrémenté de constats, observations, remarques et suggestions, qu'elle tient à la disposition des élus. La lettre reprend de manière succincte quelques grandes lignes suite aux états généraux de l'eau et à la conférence départementale pour rappeler que «la situation est grave et que nous continuons d'aller droit dans le mur. Aux menaces relatives à la qualité des eaux et des milieux aquatiques (nitrates, pesticides, métaux lourds,...) viennent s'ajouter celles relatives à la quantité : crues, inondations catastrophiques».
 

Une demi-douzaine de militants ont déposé les bouteilles contenant la lettre ouverte à l'antenne du conseil général.

Prévention
L'association considère que «l'argent public est mal utilisé, voire gaspillé ou dévoyé» et que les différents programmes ne donnent que peu de résultats : «c'est toujours le curatif qui l'emporte sur le préventif». AE2D pense que l'état du Finistère en matière de gestion des eaux est particulièrement alarmant et que les mesures prises et les actions engagées ne sont pas à la hauteur de la gravité de la situation. Le département serait aussi en queue de classement en matière de densité de périmètres de protection, de mise en place de contrats territoriaux d'exploitation, et d'efficacité des actions financées par de l'argent public.

Séance extraordinaire
Enfin, Agir pour l'environnement et le développement durable considère que le niveau départemental est un niveau territorial pertinent pour impulser, dynamiser, coordonner des actions diversifiées à différents niveaux et demande donc au conseil général «de piloter la mobilisation générale vers la prise de la Bastille des causes de dégradation, des menaces qui pèsent sur la gestion de l'eau, patrimoine commun.» AE2D est persuadé qu'«une séance extraordinaire du conseil général sur ce sujet (Etats généraux bis ?) organisée le plus rapidement possible permettrait de lancer cette mobilisation et de créer une dynamique nouvelle vers la reconquête de la qualité des eaux et des milieux aquatiques dans le Finistère».
Agir pour l'environnement et le développement durable, 10, rue Hegel, 29200 Brest. Tél. : 02.98.05.04.93. Permanences le mercredi de 17 h à 18 h 30, et les premiers samedis du mois de 10 h à 12 h sur rendez-vous.

Le Télégramme - 02 mars 2001

retour page "Presse"

retour page d'accueil