Les pro-filière dans le sillage du Colbert

Civil et naval. Brest peut potentiellement déconstruire tout type de bateau ont réaffirmé, hier, des associatifs et des politiques (*), saisissant l’occasion de l’arrivée du Colbert pour mieux ancrer cette idée.
«La ville accueille son deuxième grand navire susceptible d’alimenter une filière respectueuse de l’environnement et génératrice d’une centaine d’emplois pour le bassin économique», explique Yann Masson, porte-parole du comité ex Clemenceau.
Au conditionnel
Une revendication symboliquement prononcée à l’ombre des murailles du Château, siège du préfet maritime «l’un des acteurs les plus influents mais aussi le plus silencieux. Bien qu’en désaccord avec nous, d’autres se sont exprimés, au moins». Notamment la CCI, peu enthousiaste devant la perspective d’une occupation de ses formes de radoub, prioritairement dédiées à la réparation navale civile. Pour renverser la vapeur, Yann Masson compte sur la force de persuasion «d’un grand groupe, favorisé par l’UE, pilote d’une filière de démantèlement européenne. Ensuite, il faudra espérer que l’entreprise retenue introduise des entreprises locales dans son schéma». Cela fait beaucoup de conditions à réunir. Justement, l’arrivée du Colbert, à côté de l’ancien Clemenceau pourrait servir d’amorce. « La décision doit être prise par le président de la République, chef des armées », estime Jean-Paul Hellequin. Manière de passer au-dessus d’Alain Juppé, maire de Bordeaux et ministre d’Etat chargé de l’environnement «qui a trouvé l’occasion de se débarrasser d’un navire encombrant». Yann Masson soutient, au contraire, qu’il n’y a «rien de dévalorisant à déconstruire des bateaux. Au contraire, des profits sont possibles». Sur ce point, il faudra encore convaincre les industriels.
(*) Comité de vigilance sur l’ex Clemenceau, Agir pour l’environnement et le développement durable et des candidats Verts, UDB, PCF, Brest-Nouvelle Citoyenneté, Frankiz-Breizh aux législatives.

Le Télégramme -  05/06/2007

retour page "Presse"

retour page d'accueil