A propos du nucléaire


Cette lettre, écrite par Roger Abiven, porte-parole de l’association AE2D (Agir pour l’environnement et le développement durable), à propos du « nucléaire, civil et militaire, dans le concert électoral ».
« Samedi 24 février, dans la file d’attente d’une boulangerie de Brest-Bellevue : "Bonjour, il m’arrive de vous croiser sur les sentiers des rives de Penfeld... J’ai perdu mon mari, 59 ans, leucémie... trois séjours à Mururoa...". Cette "confidence" vient s’ajouter à un certain nombre d’autres du même genre, reçues précédemment, ainsi qu’un cri d’alarme et de détresse lancé récemment par le responsable d’une association de vétérans victimes des essais. « Ceux et celles qui vivent ces situations ont besoin d’en parler et cela, d’autant plus qu’ils sont face à un manque d’écoute, de compréhension, de prise en considération de leurs problèmes de la part des autorités politiques et administratives. « Le nombre de victimes du nucléaire est de plusieurs millions d’irradiés dans le monde, selon les associations de victimes, irradiations dues aux essais, aux catastrophes (Hiroshima, Tchernobyl...) et aux accidents. « En 2005, Kofi Annan, secrétaire général de l’Onu, déclarait : "Neuf millions d’adultes et plus de deux millions d’enfants souffrent des conséquences de Tchernobyl... La tragédie ne fait que commencer". « Le samedi 17 février, Vladimir Tchertkoff était à Brest pour présenter l’un des cinq documentaires qu’il a réalisés sur Tchernobyl : "Le sacrifice", qui a reçu le prix du meilleur documentaire scientifique (festival du film scientifique "A nous de voir", d’Oullins) et du meilleur document d’environnement (festival du film d’environnement de la région Ile-de-France).
« En 2007, l’anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl tombe entre les deux tours de l’élection présidentielle. Le concert électoral sera donc l’occasion de débattre de la question du nucléaire (civil et militaire) et de montrer à la fois comment il constitue un risque majeur suprême, une fausse solution énergétique, un déni démocratique, un mépris des générations futures... Bref, une folie ! « D’Hiroshima à Tchernobyl, de l’Ile-Longue à Flamanville, en passant par Brennilis, le nucléaire tue l’avenir. Sortons-en au plus vite ! ». Une manifestation « Pour des alternatives au nucléaire - Stop EPR » est prévue samedi 17 mars, à Rennes. Départ en car de Brest (tél. 06.18.85.13.16) et de Quimper.

Le Télégramme -  06/03/2007

retour page "Presse"

retour page d'accueil