Le nucléaire civil et militaire en débat mercredi 12 avril


A l'heure où le traité de non-prolifération des armes nucléaires devrait être révisé, et la transparence adoptée en matière de déchets radioactifs, la soirée d'information sur le nucléaire civil et militaire, mercredi prochain, ne pouvait pas mieux tomber. Organisée en partenariat par Dazont Agir pour l'environnement et le développement durable (AE2D), l'association brestoise de réflexion et d'information sur le nucléaire (ABRIN) et Réseau 29 sortir du nucléaire, cette soirée débat s'articule autour d'un triple objectif. « Dans un premier temps, nous souhaitons rappeler à travers un documentaire de la gravité de la catastrophe de Tchernobyl », expose Roger Abiven de l'AE2D. « Les autorités françaises, sous l'impulsion du lobby nucléaire, ont commencé par nous mentir sur le passage du nuage radioactif ». Cette source d'énergie majeure (75 % de l'électricité en France), est tombée sous le coup de la loi du silence pendant 30 ans. Aujourd'hui, le gouvernement témoignerait d'une volonté de transparence. « La création d'un groupe de réflexion à Brest va dans ce sens. Notre rôle est de mettre en place un dispositif civil en cas d'accident, ce qui n'existait pas avant », fait remarquer Rozenn Lesguer d'ABRIN. Pour la première fois, le résultat de ces travaux sera révélé au grand public. Le lien avec la politique plus globale de la France en matière de déchets ou de démantèlement de centrales, ne manquera pas d'être abordé sachant que la dernière manifestation à Brennilis contre l'enfouissement des stocks, a rassemblé 5.000 personnes le 19 mars dernier. « Nous ne voulons pas d'un nouveau programme électronucléaire sachant que de nombreux pays font aujourd'hui machine arrière ».

Le Télégramme - 07 avril 2000

retour page "Presse"

retour page d'accueil