Qualité de l'eau douteuse :
des habitants mécontents et inquiets s'indignent

Le maire de la commune est mis deux fois sur la sellette en moins d'une semaine. Après le CLSH du pays de Daoulas qui regrette que les subventions votées en sa faveur par le conseil ne soient pas suivies d'effet, c'est l'association AE2D, « Agir pour l'environnement et le développement durable» qui s'indigne. Elle s'est en effet vu refuser une salle pour une réunion d'information, sous prétexte qu'elle n'est pas camfroutoise. Raison de cette seconde affaire, la réception, dans les foyers camfroutois de la dernière facture d'eau avec une note de la DDASS qui a fait réagir des habitants.

Qualité bactériologique nitrates...
La note évoque en effet une eau qui a présenté en 2000 une qualité bactériologique insuffisante avec 23 % des résultats non conformes aux valeurs réglementaires. L'eau, précise la note, a présenté un taux de nitrates trop élevé à certains moments au cours de l'année. Les dépassements des 50 mg admis ont été observés dans 32 % des analyses effectuées, en production et en distribution, avec un maximum de 56 mg enregistré. La commune, rappelons-le, a engagé depuis plusieurs années une procédure de protection de son captage de Keranclouar sur la commune d'Hanvec.

Réunion samedi
L'association AE2D contactée a souhaité faire une information sur l'opération Nénuphar afin que les habitants puissent faire part de leur mécontentement. Faute de salle communale, AE2D, qui n'est pas spécialement camfroutoise mais agit sur l'ensemble du Finistère comme semble-t-il des associations extérieures qui se réunissent dans les salles communales, tiendra sa réunion d'information le samedi 10 novembre à 10 h devant la mairie. L'opération Nénuphar consiste à bloquer le paiement des factures d'eau sur un compte bloqué.

Le Télégramme - L'Hôpital-Camfrout - 08 novembre 2001

retour page "Presse"

retour page d'accueil