Visite de AE2D à Kéranclouar : maire et syndicat des eaux réagissent

Le maire d'Hanvec et le président du syndicat des eaux du Cranou se félicitent que l'association AE2D, Agir pour l'environnement et le développement durable, se préoccupe du captage de Kéranclouar.

«Malheureusement, regrettent les deux élus, l'association connaît mal le dossier et s'appuie sur les règlements et les décrets sans en mesurer l'impact sur le terrain, sans en évaluer les autres nuisances et les coûts induits par ce que pourrait être une vraie protection du captage de Kéranclouar, laquelle serait en contradiction avec d'autres directives et engagements régionaux et nationaux, notamment le contrat de baie, pour lequel un grillage ne suffira pas à réduire les taux de nitrates».

Consommation
«Le volume annuel moyen mis à disposition dans son réseau pour L'Hôpital-Camfrout est de 110.000 m³ dont 95.000 issus du captage pour une vente aux abonnés de 70.000 m³. La différence provient des fuites sur le réseau. En 2001, explique Jean-Pierre Réhault, ces fuites ont imposé d'augmenter l'apport du syndicat de Daoulas, eau de Pont Ar Bled, jusqu'à 38.000 m³. La pose de compteurs sectoriels, quel que soit l'opérateur, n'est pas destinée à chiffrer les pertes du réseau vétuste, mais à déterminer sans retard le secteur en fuite et à le réparer car la meilleure des ressources est celle que l'on économise et il faut encourager cette initiative au lieu de la combattre par sectarisme étroit. Régie ou fermage ne sont pas deux religions qui se combattent. Chacun, avec ses moyens humains et techniques, fait son choix librement et en assume les conséquences budgétaires et de qualité du produit, en responsable».

Autonomie

«Le captage de Kéranclouar, poursuit le président, est difficile, du fait de sa situation morphostructurale, de son caractère de puits drainant, de la traversée par une route fréquentée, de la présence de six sièges d'exploitation. Son eau est de piètre qualité et ne sera pas améliorée par les mesures actuellement prévues. Le captage, très superficiel, produit très peu en été quand la commune en a le plus besoin. Pourtant, poursuit-il, la campagne de forages au bois du Gars a montré qu'au moins, le puits qui n'est pas refermé produisait 11,3 m³ à l'heure en débit instantané, ce qui correspond à une estimation de production annuelle de 45 à 50.000 m³ d'une eau de qualité et à débit plus constant. Cette eau existe comme réserve autonome stratégique et sans augmenter les achats d'eau de Pont Ar Bled le volume produit, de qualité, est proche du volume consommé par la commune, sans les fuites».

Syndicat du Cranou
«L'eau distribuée à Hanvec provient des captages de Poulguern et Briantel et de Pont Ar Bled. Le long réseau de 95 km supporte un fort dénivelé de 220 m et comporte deux réservoirs. Tous les captages sont protégés par des opérations engagées depuis 1995 et totalement terminées. Une campagne de plantations à réaliser par l'ONF est engagée. L'eau, issue majoritairement de tourbières, est de qualité et le surplus de production actuel est de 20.000 à 40.000 m³. Si un accord de coopération intercommunale intervient, conclut Jean-Pierre Réhault, bien des réalisations seraient possibles, avec bénéfices réciproques et pour une vraie solution durable et de qualité. Mais il est prématuré de spéculer sur des projets qui n'ont pas été étudiés».

Le Télégramme - 12 juin 2002

retour page "Presse"

retour page d'accueil