Deux manifs antinucléaires pour le prix d'une

Hier matin, profitant de la première visite du chef de l'État aux armées et à l'Île Longue, deux associations avaient prévu de manifester leur mécontentement sur la politique civile et militaire du nucléaire. Dans deux endroits et à deux horaires différents. Face à eux, le déploiement de CRS était particulièrement impressionnant...
Le premier rassemblement prévu devant le carrefour de la rue Auguste-Tertu et Talladerch au Fret a rassemblé vers 11h, 36 sympathisants du mouvement «Sortir du nucléaire» et de sa composante «Non au missile M 51».
Et le traité de non-prolifération ?
Devant un dispositif de gendarmes interdisant la circulation des piétons comme des véhicules devant la base stratégique, les militants antinucléaires ont décliné leurs revendications devant un peloton particulièrement fourni de militaires impassibles... Le deuxième rassemblement, prévu sur la cale du petit port du Fret, a réuni une trentaine de sympathisants du «Mouvement de la paix», avec Roland Nivet, coordinateur du collectif Bretagne et vice-président du Mouvement de la Paix. Celui-ci est revenu sur «l'application immédiate du traité de non prolifération nucléaire (TNP) et en particulier l'élimination des armes nucléaires. Que la France et l'Europe prennent des initiatives majeures pour l'application de ce traité». Ces manifestants, auxquels s'étaient joints des membres de la section du Parti communiste de la Presqu'île, sont repartis vers 13 h 15, n'attendant même pas la fin de la visite du président de la République, qui se déroulait exclusivement dans l'enceinte du site de l'Île Longue.

 

 

«Sortir du Nucléaire» avait réussi à battre le rappel d'une quarantaine de militants sur la route de l'Ile-Longue hier vers 10 h 30, tandis que ceux du «Mouvement pour la Paix étaient à peine autant au Fret vers midi. Face à eux, des cars entiers de CRS...

 

Les antinucléaires au rendez-vous.

À chaque fois que les projecteurs médiatiques sont braqués sur l’Ile Longue, les antinucléaires bretons battent le rappel des troupes pour redire à l’Etat français son engagement dans le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Hier, des militants de Sortir du Nucléaire et du Mouvement pour la Paix se sont rassemblés aux abords du site militaire. Mais pour entendre leurs messages, pas même l’ombre d’un sous-attaché stagiaire du cabinet du président, seulement les CRS... (Photo Jacky Campana).

Le Télégramme - 14/07/2007

retour page "Presse"

retour page d'accueil