Anti-nucléaires. Le nouveau réacteur EPR en ligne de mire.

Samedi, dans 45 villes françaises, dont Brest et Rennes, des rassemblements ont eu lieu, à l'appel du collectif «Stop-EPR». Le réacteur nucléaire nouvelle génération «EPR» devrait être installé à la centrale de Flammanville (Manche) à l'horizon 2009. Une échéance fustigée par une vingtaine de manifestants brestois. Ils dénoncent « la nucléarisation de la France pour les 60 ans à venir ». Selon eux, le coût du projet (trois milliards et trois cents millions), investi dans les énergies renouvelables, aurait permis de produire «deux fois plus d'électricité tout en créant quinze fois plus d'emplois». Un rassemblement régional est prévu à Rennes, le 17 mars. «Deux tiers des Français restent opposés au nucléaire. Il faut peser sur la campagne présidentielle».
 


Photo Thierry Charpentier

Le Télégramme -  16/01/2007

retour page "Presse"

retour page d'accueil