Eau : AE2D souhaite une régie directe

AE2D (Agir pour l’environnement et le développement durable) déclare, dans un communiqué, « prendre acte de la décision de Brest Métropole Océane et du SIVU de Landerneau (Syndicat Intercommunal à Vocation Unique) d'abandonner le projet de nanofiltration prévu à l'usine d'eau de Pont-ar-Bled, qui approvisionne les 250.000 habitants de la communauté urbaine », tout en regrettant « le temps perdu et l'argent dépensé par les contribuables et les consommateurs : .les raisons invoquées par les porteurs du projet pour justifier l'abandon sont celles qui avaient été invoquées dès le début de l’étude et lors de l'enquête publique de 2003 par les associations de consommateurs et de protection de l'environnement... »
AE2D ajoute : « Nous prenons également acte que les deux collectivités réfléchissent déjà à l'après 2012, c'est-à-dire à la façon de gérer la distribution de l'eau. Elles envisagent trois possibilités : une régie directe de la collectivité (comme avant 1987 pour Brest), la création d'une société d'économie mixte (SEM) ou un contrat d'affermage avec une multinationale comme Veolia, actuellement en place. Pour nous le choix est fait : c'est un retour à la régie directe, pour un vrai service public de l'eau. L'eau n'est pas une marchandise. Les multinationales n'ont pas à faire de bénéfice sur une ressource naturelle, même au travers d'une SEM... »

Le Télégramme -  16/11/2007

retour page "Presse"

retour page d'accueil