Chirac à l’Île-Longue : un débat la veille contre le nucléaire


Agir pour l’environnement et le développement durable (AE2D) a souhaité réagir après l’annonce de la visite de Jacques Chirac, jeudi, à Landivisiau et à l’Île-Longue, autour du nucléaire militaire.

Un an après le ministre de la Défense, le président de la République vient en visite à la pointe de Bretagne où réside la Fost (Force océanique stratégique) qui, avec l’équivalent de 2.000 fois Hiroshima, constitue la puissance de destruction massive de la France. Sur les sites de Gwenvénez (Crozon) et de l’Île-Longue, de gigantesques travaux sont engagés pour la "modernisation" de cette force de destruction massive. Ainsi, la France, sous le prétexte de la "mise à niveau", viole le traité de non prolifération qu’elle a signé. Dans le contexte actuel, cette visite risque donc d’apparaître comme une provocation. Il est temps que les responsables du gouvernement de la France arrêtent de violer ce traité, arrêtent d’engloutir des sommes énormes et s’engagent dans la voie d’un véritable désarmement nucléaire. La société civile veut aller dans ce sens. Les collectivités territoriales commencent à s’impliquer dans cette voie, à travers des démarches comme celle de "maires pour la paix". Le conseil municipal de la ville de Brest a voté, le 7 octobre dernier, un vœu au gouvernement relatif à la non prolifération nucléaire et à l’application du traité.

Débat demain soir à la fac de Lettres
La venue du président Chirac sera l’occasion de le rappeler et d’inviter les citoyens à la réflexion et au débat, notamment lors d’une conférence-débat, demain, à 18 h, à la faculté de Lettres Ségalen, amphi 3.
Les intervenants seront Dominique Lalanne, directeur de recherche au CNRS en physique nucléaire et président de "Abolition des armes nucléaires-Stop Essais", responsable de la commission paix et désarmement des Verts. Egalement autour de la table, Xavier Renou, le campagneur (responsable de campagne) "Désarmement nucléaire" à Greenpeace, et Jean-Marie Collin, journaliste, chercheur associé au Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits.

Le Télégramme 17/01/2006

retour page "Presse"

retour page d'accueil