Défenseurs du démantèlement brestois. Toujours de l’espoir


Roger Abiven et Hervé Cadiou, représentants respectifs d’AE2D et de l’UEP au Comité de vigilance de l’ex-Clemenceau, ne désarment pas autour du démantèlement du Clemenceau. « Le calendrier prévu n’a pas été respecté et tout porte à croire, même si ce n’était pas le souhait du maire de Brest, que l’ex-Clemenceau sera encore là pour Brest 2008 et, peut-être au-delà si, comme nous le souhaitons, le démantèlement se faisait à Brest ! « Les atouts de Brest pour en faire un démantèlement et une filière exemplaires sont importants. Le maintien à Brest pourrait constituer une compensation de la non-construction d’un frère au Charles-de-Gaulle, considéré par les spécialistes comme "obsolète et bouffe-budget", sachant aussi que le Charles-de-Gaulle lui-même avait été qualifié, avant et pendant sa construction, de "coûteux et inutile". « La tenue d’un conseil des ministres européens des affaires étrangères sur le ferry Pont-Aven, à l’occasion de Brest 2008, à proximité de l’ex-Clemenceau, serait un signe fort, tremplin de développement durable, prometteur pour la constitution d’une Europe de la mer, de la sécurité humaine et de la paix. Brest et sa rade, qui pourrait être classée au Patrimoine mondial de l’humanité, pourraient en être fières ! »

Le Télégramme - 17/06/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil