Journée sans voiture : une occasion ratée pour Brest ?


Le 22 septembre, 33 villes françaises organisent une journée sans voiture encouragée par le gouvernement. Contrairement à Morlaix, Lorient ou Quimper, Brest ne participe pas à cette opération. En dernière minute, l'association AE2D (1) propose quelques idées de rattrapage. A l'initiative des ministères de l'Environnement et des Transports, 33 villes de France participeront le 22 septembre à l'opération « En ville sans ma voiture ». Pour contribuer à cette journée de sensibilisation, les municipalités devaient répondre à un cahier des charges et prendre des initiatives en matière de transport urbain. Brest n'a pas répondu, contrairement à Morlaix ou Quimper. Il est désormais trop tard pour rejoindre le train en marche, déplore l'association « Agir pour l'environnement et l'emploi durable » (AE2D). Son président Roger Abiven estime toutefois que « beaucoup de Brestois comprendraient mal que la ville reste en dehors de cette opération ». Dans un courrier au maire, il émet donc quelques suggestions, destinées à affirmer ne serait-ce qu'un « engagement minimal » de dernière minute. Un groupe de citoyens-usagers Première suggestion d'AE2D : organiser ce 22 septembre une large information de la population sur les aménagements de circulation en cours, par exemple les parkings de dissuassion, les couloirs de bus et les pistes cyclables. « Sans masquer les difficultés pour les mettre en place », précise l'association. AE2D propose également de constituer des « groupes de citoyens-usagers ». Cyclistes, piétons, usagers du bus ou automobilistes, ils auraient un rôle consultatif sur les différents modes de déplacement en ville. Des vélos au centre-ville Le 22 offrirait aussi l'opportunité d'aménager ponctuellement la tarification des bus. Les tickets à prix réduit porteraient la mention « tarif spécial : en ville, en bus ». Pour les automobilistes munis de la pastille verte, la ville pourrait réserver quelques places gratuites dans ses parkings payants. L'association suggère encore d'animer le centre-ville, avec des présentations de moyens de déplacement alternatifs à la voiture comme le vélo, le roller ou le co-voiturage. Enfin toutes ces actions seraient sanctionnées par une « évaluation de l'impact obtenu ». Dans tous les cas, Roger Abiven espère que ces idées seront examinées l'an prochain. « Même si cela ressemble beaucoup à une occasion ratée cette année, conclut-il, raison de plus pour préparer dès maintenant et au fil des mois la journée 99 ».

(1 ) Agir pour l'environnement et le développement durable. Locaux associatifs de la Cavale Blanche, 10 rue Hegel, 29200 Brest. Tel-Fax : 02.98.49.53.92

La rue Jean-Jaurès débarrassée de ses encombrements quotidiens ? Peut-être le 22 septembre... 1999 )

Le Télégramme - 17/09/1998

retour page "Presse"

retour page d'accueil