Pollution de l'Elorn : réaction d'AE2D


L'association «Agir pour l'environnement et le développement durable » (AE2D) réagit à son tour suite à la pollution du Justiçou qui a entraîné l'arrêt de l'usine de Pont ar Bled. L'association constate que «l'eau brute de l'Elorn et de ses affluents, dont la qualité se dégrade de façon continue, est de plus soumise à des agressions répétées dues à des pollutions dites accidentelles. Cela ne peut qu'aggraver la perte de confiance du consommateur domestique dans l'eau du robinet». Les militants d'AE2D se demandent «quand s'arrêtera le laxisme face à cette situation et quand prendra-t-on enfin les bonnes décisions pour prévenir en amont plutôt que de traiter, pour protéger plutôt que de réparer les dégâts ?» Ils s'étonnent également que les «périmètres de protection sur l'Elorn et ses affluents n'aient pas encore été concrétisés, alors que la Communauté urbaine de Brest a récemment décidé de recourir à la nanofiltration, nouveau procédé de traitement aventureux et onéreux (85 MF HT), qui fera encore grimper le prix de l'eau du robinet». AE2D estime que «pour que les bonnes orientations et les mesures courageuses soient enfin prises, la pression sur les décideurs doit être renforcée». Elle invite les consommateurs à la rejoindre et à participer à l'opération Nénuphar.

Le Télégramme - 20 juin 2001

retour page "Presse"

retour page d'accueil