AE2D. Dix ans d'actions pour l'environnement

Pas une action pro environnementale qui ne porte de près ou de loin la marque d'AE2D dans la région. Dix ans après sa création, l'association n'a pas l'intention d'abandonner le terrain.

Agir pour l'environnement et le développement durable (AE2D) fêtera ses dix ans d'existence, demain, dans son local de La Cavale-Blanche. Assemblée générale statutaire, débat et pot de l'amitié figurent au menu. « La journée mondiale de l'eau tombant le même jour, nous projetterons un film illustrant une initiative de prise en charge autonome en Indonésie. Le débat à suivre s'articulera notamment sur la loi Houdin-Santini permettant à des collectivités de consacrer 1 % de leur budget de l'eau à des programmes d'accessibilité à cette ressource dans les pays du Sud », précise le président, Roger Abiven. Si ce texte part d'un bon sentiment, l'association s'inquiète de possibles dérives : « Une fois les multinationales dans la place, qui contrôlera leurs agissements ? Quelle sera la latitude des populations locales ? ».

Roger Abiven (président), Brigitte Omnès (militante) et Alain Le Suavet (coprésident) tiennent farouchement à l'indépendance de l'association.

Fabrique d'éco-citoyens
Parfois taxés d'alarmistes exagérés, souvent respectés pour leurs éclairages sur des dossiers environnementaux, les membres d'AE2D s'efforcent en tout cas de diffuser leurs convictions à chaque action. « Nous cherchons à transformer les gens en éco-citoyens capables de presser les acteurs politiques à la prise de macrodécisions favorables à l'environnement. Je pense à des programmes d'économie d'énergie qui supposent une décision courageuse ». La poignée de militants de 1998, parmi les premiers à parler de développement durable, assure avoir converti une centaine de personnes depuis. « Sans appui politique ou financier (l'association perçoit quelques subventions municipales et les indemnités de condamnations pour pollution pour lesquelles elle se porte partie civile). Nous tenons trop à notre indépendance pour supporter des influences extérieures ». Ce qui n'empêche pas AE2D de se rapprocher d'autres associations partageant leurs attentes. C'était le cas pour son action inaugurale contre les décharges sauvages. On lui doit ensuite le rassemblement de Brennilis (5.000 personnes) contre l'enfouissement des déchets. Elle était encore présente dans le mouvement anti-usine à lisier de Milizac, de Lannilis. Bref, dix années d'activisme qui occuperont certainement les conversations demain. Le grand public pourra naturellement s'y mêler. Pratique Information-débat sur l'eau, suivi d'un pot de l'amitié, demain, à 16 h 30, 10, rue Hegel.

Florilège d'actions à venir
Au printemps refleurit la sève militante de l'association, comme le prouve une série d'actions liées à la défense de l'environnement. Samedi 29 mars, AE2D appelle à rejoindre la manifestation anti-OGM de Rennes (départs en car de Brest). Le 1 e r avril, journée portes ouvertes à Ti-ar-Bed (Saint-Martin), pour une sensibilisation au commerce équitable ; remise de 300 courriers aux élus locaux pour la mise en place d'une filière déchet sur BMO. Le 2 avril, « éco-randonnée » au port qui ciblera des pollutions industrielles et maritimes. Le 6 avril, « éco-randonnée » à la vallée du Costour, menacée par un projet urbain.

Le Télégramme -  21/03/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil