« Opération nénuphar » : protéger l'eau à la source

« Les responsables ont tendance à minimiser la dégradation de la qualité de l'eau, sous prétexte qu'elle est conforme aux normes de qualité à la sortie du robinet », remarque Roger Abiven d'« Agir pour l'environnement et le développement durable ». Aussi, l'association poursuit son engagement dans l'« Opération nénuphar » afin d'obtenir la protection de l'eau à sa source.

Selon le représentant de l'«AE2D», actuellement, «les communes ont tendance à se connecter sur un réseau d'usines, considéré performant». Roger Abiven prend l'exemple de la commune de Saint-Renan qui s'est dernièrement raccordée au réseau de la Cub. Les associations «AE2D» et «Kan an Dour» préconisent, au contraire, la reconquête des points de captage et une mise en place d'un périmètre de protection autour de la source. «Nous demandons simplement l'application de la loi sur l'eau du 3 janvier 1992 dans laquelle cela est prévu», souligne Roger Abiven.

Faire pression sur les décideurs
Depuis deux ans, l'association «AE2D» relaie l'«Opération nénuphar» dans le Finistère. «L'opération avait été lancée parce que nous avions épuisé nos moyens de pression», ajoute le représentant d'«AE2D». Ainsi, après avoir soutenu les consommateurs qui défalquaient entre 1 et 15 de leur facture d'eau, l'association s'implique, aujourd'hui, dans les huit nouvelles manières de participer à l'«Opérations nénuphar». Elles seront présentées lors de l'assemblée générale de dimanche : entre autres, il sera suggéré aux consommateurs de régler leur facture en plusieurs versements, d'envoyer le ou les versements dans une bouteille d'eau, ou encore d'effectuer sur chaque facture une retenue équivalente à la redevance pollution. Aux locataires et aux colocataires qui ne reçoivent pas de facture, l'association propose de réclamer une information substantielle sur le prix de l'eau et ses composantes.

Une assemblée générale de terrain

Dimanche, le rassemblement «Nénuphar-Pour la reconquête de la qualité de l'eau» aura lieu à Lannilis. A l'issue de l'assemblée générale qui se tiendra à 14 h dans la salle Yves-Nicolas, les participants se rendront à pied jusqu'au captage de Lannilis, puis feront une intervention publique au centre de la commune.

Le Télégramme - 22 janvier 2003

retour page "Presse"

retour page d'accueil