Eau : Les " Nénuphars " bretons ont rendez-vous à Lannilis

LANNILIS (29). Engagés dans l'opération Nénuphar, des consommateurs réclament que tout soit fait pour qu'à sa source, l'eau retrouve sa qualité. Un certain nombre d'entre eux manifestent cette volonté en effectuant une retenue symbolique sur leur facture d'eau. Dimanche, à Lannilis, l'opération sera relancée et de nouvelles initiatives proposées au cours de l'assemblée générale.

Les quelques 500 participants à l'opération Nénuphar, dont environ 200 dans les Côtes-d'Armor, veulent faire pression pour reconquérir la qualité de l'eau à la source en pratiquant une retenue de 1 à 15 euros sur leur facture d'eau.

 

Sur l'ensemble de la Bretagne, les rétentions sur les factures d'eau sont au nombre de 500, principalement dans les Côtes-d'Armor et le Finistère, où les rétenteurs sont respectivement environ 200 et 150.

Dans certaines communes, comme à Landéda (Nord-Finistère), le maire tente de trouver une entente : "Il a proposé aux personnes qui ont retenu 15 euros d'en régler 14, acceptant le non-paiement symbolique d'1 euro", explique Dominique Mignon. Ce dernier, membre de l'association Kan an Dour, rétenteur d'une partie de sa facture d'eau à Lannilis, a dû, comme d'autres participants à l'opération Nénuphar, faire face à une baisse de la pression d'eau à son domicile, ordonnée par le maire de la commune.

De nouvelles opérations proposées dimanche

Au cours de leur assemblée générale, les participants à l'opération Nénuphar devraient mettre en place de nouvelles mesures.
" Outre la volonté de faire pression sur les décideurs pour que des mesures soient prises en faveur d'une meilleure qualité de l'eau, l'opération Nénuphar vise également à faire améliorer le rapport qualité/prix de l'eau distribuée et la restauration de la confiance en l'eau du robinet ", précise Roger Abiven, membre de l'association Agir pour l'environnement et le développement durable (AE2D), relais finistérien de l'opération.

Assemblée générale, dimanche prochain à partir de 14 h, salle Yves-Nicolas de Lannilis (près de Brest).

Le Télégramme - 22 janvier 2003

retour page "Presse"

retour page d'accueil