Traitement du lisier : l’association AE2D cherche des solutions


La jeune association brestoise Agir pour l'environnement et le développement durable (AE2D), membre du collectif Milizac 29 qui se bat contre l'implantation de l'usine à lisier de Val'Ouest, a organisé hier une rencontre avec la société Evadom (Etude et valorisation de déchets organiques et ménagers). Le but de l'association est d'ouvrir le débat et de chercher d'autres solutions et différents modes de traitement du lisier. Une trentaine de personnes ont participé à cette réunion de présentation du « Tedom process » (Traitement exothermique de déchets organiques et ménagers). Le principe repose sur le traitement d'un mélange de matières par des moyens mécaniques (mélangeur monocônique) et par la réaction exothermique de l'oxyde de calcium. Ce mode de traitement des lisiers de porcs et fientes de volailles génère la production d'un engrais organo-minéral. La société, qui a testé son procédé sur d'autres applications (traitement des déchets ménagers, des boues et graisses de stations d'épuration, des déchets de l'industrie pétrolière), estime que des groupements de 2 à 3 éleveurs pourraient traiter localement de 15.000 à 20.000 t par an. L'investissement est de environ 1 MF et la revente de l'engrais organo-minéral estimé à 350 F la tonne. Lors de la réunion, la contradiction a principalement été apportée par un industriel qui travaille dans le même domaine, y compris au Danemark, mais visiblement sur un autre procédé. L'association AE2D a de plus reçu une autre demande d'une société désirant elle aussi présenter son mode de traitement du lisier. Le même qu'à Milizac ?

Le Télégramme - 22 septembre 2000

retour page "Presse"

retour page d'accueil