Anciennes mines d'uranium. Quid de la décontamination ?

La décontamination des mines d'uranium, autrefois exploitées en Bretagne, s'est-elle faite dans les règles ? « Non », clame l'association Sortir du nucléaire, analyses radiologiques à l'appui.

Munis d'un scintillomètre et d'un petit compteur Geiger, les militants de Sortir du nucléaire ont voulu frapper les esprits, hier, en organisant une petite visite à Rozglas, à Meslan. Sur ce site, on a extrait le minerai d'uranium à ciel ouvert jusqu'en 1976. Le dernier exploitant était la Cogema, filiale d'Areva, qui possédait aussi la majeure partie des 22 sites bretons disséminés de part et d'autre de la frontière entre Morbihan et Finistère, disons, entre Guilligomarc'h (29) et Berné.

Vingt fois la norme
À 100 m de l'ancienne mine de Rozglas, sur la route départementale, aucun problème : les deux appareils affichent des taux de radioactivité normalement rencontrés dans les zones à roche granitique. Mais dès que l'on fait quelques pas sur le sentier de randonnée qui mène jusqu'à l'ancienne carrière, l'aiguille s'affole, avant de s'arrêter sur un chiffre dix fois supérieur au précédent. « Ce chemin a été remblayé par les stériles de la mine », explique Chantal Cuisnier, l'une des responsables de l'association Sortir du nucléaire Cornouaille.
On s'enfonce un peu plus loin, et l'appareil crépite de plus belle en miaulant tel un chat en détresse. Cette fois, le taux de radioactivité atteint 20 fois le niveau de radioactivité naturelle. Évidemment, une telle démonstration, effectuée par des militants de la cause antinucléaire, pourrait être sujette à discussion si elle n'avait été préalablement appuyée scientifiquement par des analyses effectuées en laboratoire par la Criirad (*).

Aucune signalisation
Cet organisme indépendant bénéficie d'un agrément officiel. Il s'est créé en 1986, au lendemain de la catastrophe de Tchernobyl. Autre caution de poids, celle d'André Paris, géologue réputé, qui a consacré trois ans de sa vie à dresser un atlas mondial des sols contaminés par le Césium 137 après la catastrophe ukrainienne. En avril dernier, André Paris a profité de sa présence à la foire bio de Riec pour effectuer des relevés sur le site de Roz-Glas, mais aussi à Bonot (Berné) et Kerler (Lignol). Ils confirment la persistance de contaminations radiologiques significatives en terme de doses. Dans cette affaire, les militants de Sortir du nucléaire pointent la négligence d'Areva qui, en 2005, déclarait avoir mené une opération de décontamination exemplaire sur ces sites. « On voit bien que ce n'est pas le cas », dénonce Chantal Cuisnier en critiquant aussi les carences des autorités de contrôle : « Il n'y a aucune signalisation, or, on est ici sur un chemin de randonnée ». L'association réclame qu'une étude épidémiologique soit réalisée dans le secteur concerné.

* Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité .

Jean-Luc Padellec
Le Télégramme -  23/07/2008

 

retour page "Presse"

retour page d'accueil