Le Triomphant. Réparé à l'Ile-Longue

Il est déjà sur zone et il va y rester: c'est à l'Ile-Longue (29) que Le Triomphant sera réparé. Entré «brièvement en contact» avec un sous-marin britannique, son dôme-sonar avait subi de gros dégâts.

Personne n'a oublié cette incroyable collision entre les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, Le Triomphant et le Britannique le Vanguard, début février, quelque part dans l'océan Atlantique. Dôme-sonar endommagé, kiosque et barres de plongée «froissés», il avait pu rentrer seul à bon port, l'Ile-Longue. Où serait-il réparé ? Les rumeurs circulaient dans les rues de la ville: des personnels de DCNS-Cherbourg avaient débarqué à Brest... Mais, c'était pour Le Triomphant, bien sûr! Le sous-marin allait rejoindre Cherbourg ! Selon de bonnes sources, ce n'est pas à l'ordre du jour.

«De la carrosserie»
L'Ile-Longue dispose bel et bien de tous les moyens pour réaliser ce chantier. Pas facile, il est vrai, d'avoir des lumières sur ce sujet sensible: nous sommes en pleine immersion dans ce monde plus que secret qu'est celui de la dissuasion. On est au coeur de la survie de la Nation... C'est plus encore que du Confidentiel Défense. La Marine a dit dès le départ ce qu'elle pouvait dire et n'avait pas caché que le dôme-sonar était endommagé, ce que l'on pouvait traduire par: il s'est passé quelque chose de grave. Le kiosque, les barres de plongée avaient aussi souffert mais selon un expert en sous-marins, tout cela n'était que de la «carrosserie, de la tôlerie».

 

Le kiosque, les barres de plongée et le dôme-sonar ont été endommagés lors de la collision. Photo Marine nationale

A sec dans un bassin
La Marine doit maintenant y voir plus clair. Selon de bonnes sources, le Triomphant est à sec dans le bassin de l'Ile-Longue. Les experts ont pu faire l'inspection complète de la coque. La barre de plongée tribord aurait été démontée. Pas de quoi susciter beaucoup d'émotion : on fait cela aussi pour un simple entretien de sous-marin... Le dôme-sonar devra être remplacé. Fait en matériaux composites, il est fabriqué à Lorient. Un problème se pose: celui du «garage». A l'Ile-Longue, il n'y a pas de place pour tout le monde. Il faudra peut-être que le Triomphant libère le bassin si un autre sous-marin rejoint son port d'attache. Reste à savoir combien de temps il faudra pour que le Triomphant retrouve belle allure. Plusieurs semaines, c'est sûr.

Catherine Magueur
Le Télégramme - France - 01/04/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil