Enquête publique sur le tram. Les choix de BMO confortés

Les commissaires enquêteurs ont donc rendu, jeudi, leur copie à propos du projet de tramway de BMO (notre édition d'hier). Ils n'ont finalement pas trouvé grand-chose à y redire. Avis favorable, donc, à quelques réserves près.

Dans ses conclusions, la commission d'enquête relève «qu'en 19 ans (depuis le rejet par référendum du précédent projet de tramway, NDLR), la situation a considérablement évolué, tant en ce qui concerne les préoccupations en matière d'environnement que les conditions de circulation dans la ville de Brest : augmentation du trafic automobile journalier, perte d'attractivité du réseau de bus».

Caractère «d'intérêt général»
Les commissaires estiment que «le projet de création d'une ligne de transport en commun en site propre est opportun» et qu'il «présente un caractère d'intérêt général», que celle-ci «permettra de revitaliser les quartiers desservis, en particulier ceux de Pontanézen et de Recouvrance et de réaménager l'espace public urbain sur l'ensemble du tracé». Ils donnent également un avis favorable au maintien du tracé figurant au dossier présenté, dans sa totalité. En revanche, la commission donne un avis défavorable à une extension «dans l'immédiat» du tracé vers le technopôle Brest-Iroise, car celui-ci remettrait en cause le plan de financement de la ligne 1. «Cette extension pourra être envisagée ultérieurement», concèdent-ils toutefois. Les enquêteurs souhaitent aussi une amélioration des liaisons bus.
Autre sujet délicat : celui du franchissement du pont de Recouvrance. Les enquêteurs ne sont pas convaincus que le complément de trafic généré par le tramway «puisse être source d'embouteillages». Ils affirment, par ailleurs, que «la création du tramway aura (...) pour conséquence de réduire les nuisances sonores» et soutiennent la collectivité dans le choix qu'elle a opéré en faveur du tramway sur fer alimenté par caténaires.

 

Les responsables communautaires n'attendent plus que la décision préfectorale de déclaration d'utilité publique du tramway. (Document DR).

Cuillandre satisfait
Satisfaction évidente du président de BMO François Cuillandre qui estime que «ce rapport des commissaires enquêteurs conforte le choix des élus de Brest Métropole Océane en faveur de ce mode de transport ainsi que la pertinence du tracé de la ligne». Il indique par ailleurs que «les élus et service de Brest Métropole Océane, en lien avec ceux de la SEM Tram, vont désormais analyser l'ensemble de la centaine de pages de ces rapports qui nous ont été transmis». Et rappelle qu'à compter «de la semaine prochaine, ce rapport sera consultable à BMO, dans les mairies des communes de BMO et dans les mairies de quartier de Brest».

La droite se fait l'avocate des commerçants
Réagissant, lui aussi, à l'avis des commissaires-enquêteurs, le groupe des élus de l'Union de la droite et du centre (UDC) insiste «pour que toutes les sommes induites par ce chantier soient comptabilisées. La commission n'est pas dupe puisqu'elle demande que soient notamment affectées au budget total les sommes correspondant au réseau eau et assainissement».
Quant à l'indemnisation des commerçants, l'UDC demande, «ainsi que le rapport le recommande, que la commission ad hoc, créée à cet effet, agisse dès maintenant. Enfin concernant le stationnement et la circulation, nous ne pouvons que soutenir la demande d'un aménagement des stations et des parkings relais».

L'enquête dans son intégralité

Patrice Le Berre
Le
Télégramme - Brest - 01/08/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil