Vallée du Restic. Un collectif s'est créé

Ils étaient nombreux, vendredi soir, à la salle Pierre-Corre, associations et riverains à s'être déplacés pour défendre la vallée du Restic, menacée par une des variantes du projet de voie de contournement du grand Lambé. Étaient présents Bretagne vivante, l'AE2D, les Verts, «À gauche debout», Bapav (Brest à pied et à vélo), ainsi que «Vallée du Costour, poumon vert en Finistère».
 

Le collectif créé a pour but de protéger la vallée du Restic, sans être favorable à l'autre variante.

Le danger de se diviser
Les différents acteurs présents avaient un discours commun : préserver la vallée du Restic, qu'ils considèrent comme l'un des rares sites naturels de ce style, à Brest. La variante 2 traverserait cette vallée peu urbanisée. André Rosec, président de l'association des résidants de Lambézellec ne veut choisir en l'une ou l'autre des variantes et prône pour une troisième variante, plus au nord du quartier: «Il y a danger à se diviser, il faut faire front commun». L'ARBL va se rapprocher des collectifs de Marréguès et Tromeur pour connaître leur souhait dans la perspective de créer un seul collectif. «Si leur souhait est de fédérer, nous intégrerons le collectif», conclut André Rosec. Objet de la réunion, le collectif a donc été créé, la majorité des associations présentes y ont adhéré, seuls les Verts se sont abstenus mais soutiennent le collectif. «À gauche debout» devraient afficher sa position lors de son assemblée générale.

Deux balades au programme
Le nouveau collectif précise d'emblée qu'il n'est favorable à aucune des deux options proposées. Plusieurs décisions ont été prises : la diffusion d'une pétition contre la variante 2, le rapprochement avec les autres collectifs, la demande de délais aux élus de BMO et la demande d'une nouvelle étude, pour une variante 3, plus au nord du quartier. Deux manifestations sont prévues, une éco-randonnée le 5 avril, sur la vallée du Restic, avec l'AE2D, et une balade urbaine à vélo, avec le Bavap. Enfin, le collectif reste ouvert à toutes associations ou partis politiques souhaitant s'y associer.

Le Télégramme - Brest - 02/03/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil