Produits sans OGM. La «pastille» bretonne anticipe

De petits autocollants «Animaux nourris sans OGM» vont bientôt fleurir sur les produits présentés à la vente dans les commerces bretons. Ce sera sans doute autorisé dans quelques mois, mais c'est encore illégal. La Région prend le risque...

La viande sans organismes génétiquement modifiés (OGM) existe, et on a -heureusement! - le droit de la vendre, mais il est interdit de préciser sur l'étiquette que l'animal n'a jamais avalé le moindre organisme génétiquement modifié. Aujourd'hui, la seule référence prévue concerne les produits végétaux où la présence d'OGM doit être signalée dès qu'elle dépasse 0,9%. Pour les anti-OGM, conseil régional en tête, cette réglementation a pour effet de maintenir les consommateurs dans l'ignorance de la composition de leur nourriture, et d'interdire ainsi au producteur bio de justifier le surcoût de sa démarche, dû principalement au dispositif de traçabilité des produits.

Une loi avant la fin de l'année?
Pour Pascale Loget (vice-présidente du conseil régional, Les Verts), cette loi se moque de l'avis de la majorité des Français et des Européens, qui sont 70% à ne pas vouloir d'OGM dans leur assiette. Aussi se réjouit-elle de l'avis que vient de rendre le Conseil national de la consommation (CNC), et selon lequel il convient d'autoriser désormais la mention «Animaux nourris sans OGM». «L'avis du CNC est toujours suivi, et on peut espérer que la réglementation sera modifiée avant la fin de l'année», se félicite l'élue. Elle voit là le résultat du lobbying politique auquel se livrent les 53 régions européennes qui se sont proclamées «libres d'OGM» dans le sillage de la Bretagne, précurseur en la matière depuis 2004.

 

Les premières «pastilles» verte ont été apposées sur les rillettes de Michel Piel, producteur de porc du magasin coopératif bio Brin d'herbe, de Rennes. Photo A.L.B.

Pastilles ou étiquettes...
Forts de cette évolution prévue de la loi, la Région et le réseau Cohérence ont voulu anticiper en éditant deux autocollants: un petit panonceau pour proclamer libres d'OGM les boutiques bio labellisées (*), et une pastille verte destinée à être apposée sur les produits animaux. Evidemment, anticiper sur une loi à venir est une manière de se mettre en infraction avec la loi en vigueur, qui interdit cet étiquetage. «Ce ne sont pas des étiquettes mais des pastilles pédagogiques», précise Pascale Loget dans un large sourire qui en dit long sur la minceur juridique de son argutie. Mais elle ne craint pas une procédure: si les tribunaux devaient être saisis de l'affaire, elle y verrait au contraire une superbe tribune au service de la cause anti-OGM.

www.consommersansogmenbretagne.org est le nouveau site du guide des produits bretons sans organismes génétiquement modifiés et des lieux de vente les proposant à la vente.


Alain Le Bloas
Le Télégramme - Finistère - 02/06/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil