Matterhorn : à quai pour très longtemps

En plus des coques militaires en attente de démantèlement, les cargos ventouse commencent, eux aussi, à se faire remarquer dans leport.

Aux Winner, Junior, Ocean-Jasper qui croupissent depuis de longues années dans le port, il convient d'ajouter aujourd'hui les Captain-Tsarev (153 m) et Matterhorn (115 m), les deux derniers cargos en escale forcée à Brest. Pour le premier, l'armateur dit remuer ciel et terre pour trouver la pièce défectueuse àchanger sur son moteur. Une machine antique qui a l'âge du navire. La pièce, recherchée jusqu'aux meilleures adresses hollandaises, reste introuvable. Le bateau croupit à Brest depuis le 25 novembre 2008. Pour le Matterhorn, c'est un problème financier qui scotche le navire à quai depuis le 26 mai dernier. Détourné pour une pollution observée dans son sillage, le navire pourrait reprendre la mer après le paiement d'une caution de 300.000 , en attente de l'audience devant le tribunal correctionnel de Brest. Mais l'armateur tarde à régler la somme dans une situation complètement inédite, alors que les inspecteurs du centre de sécurité des navires n'empêchent en rien son départ (quelques irrégularités ont été constatées, mais elles n'immobilisent pas le navire à Brest).

Cessation de paiement

Du coup, les 22 marins (20 Russes et deux Ukrainiens) se morfondent, en changeant parfois de quai. Et leur situation ne va pas s'arranger depuis l'annonce, le 24 juin, de la cessation de paiement de la société AW Limited, basée à Monrovia au Libéria. L'armateur grec est au bord de la faillite. Son cargo frigorifique immobilisé à Brest serait le cadet de ses soucis. Même son agent portuaire s'apprête à se retourner contre lui afin d' obtenir le remboursement des frais engagés. Que se passera-t-il lorsque les 22 marins ne seront plus payés ? Pour récupérer les sommes dues, l'État finira probablement par saisir le navire, qui viendra s'ajouter à la longue liste des bateaux à déconstruire.

Stéphane Jézéquel
Le Télégramme - Brest - 02/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil