Mor-Glaz : "construit à Brest il doit être déconstruit ici !"

Jean-Paul Hellequin, pour Mor-Glaz, se sent à 100 % solidaire d'AE2D et de l'association anglaise qui s'est opposée à l'arrivée du Q790. "Ce navire a été construit à Brest, il doit être déconstruit ici. On ne s'oppose pas à son arrivée en Angleterre, on veut seulement qu'il reste à Brest. Nous considérons que nous avons les moyens de traiter ce navire en France. Si le Clemenceau part en Angleterre, il quittera un parking à bateau pour un autre. Rien que le prix (de cinq à dix fois moins important que les autres candidats) proposé par le chantier anglais nous interpelle. Le traitement de cette coque de 20.000 t est surtout l'occasion de créer une véritable filière de déconstruction en France."


Le Télégramme - Brest - 04/12/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil