Déchets. Le plan départemental dans le collimateur

À la veille de la fin de l'enquête publique sur le plan d'élimination des déchets du Finistère, 70personnes étaient réunies, mercredi soir, à Morlaix. Leurs réserves ont été transmises, hier, en fin d'après-midi, au commissaire enquêteur.

Faute d'avoir pu obtenir l'organisation d'une réunion publique auprès de celui qui conduit l'enquête, plusieurs organisations avaient décidé de prendre les choses en main. Les Verts, Attac Morlaix, Force 5 ou encore l'Association de défense du patrimoine naturel de Plourin (ADPNP) avaient ainsi convié les citoyens de la région à venir s'informer sur le nouveau plan d'élimination des déchets ménagers du Finistère. Environ 70 personnes étaient présentes dans la salle communale de Troudousten. Tour à tour, l'élu morlaisien du groupe Idées, Michel Le Saint et Jean-Claude Salaun, le vice-président de l'ADPNP, ont présenté les grandes lignes d'un plan qui oriente pour les dix années à venir les actions à mener en terme de gestion des déchets. Sans jeter toutes les préconisations du conseil général à la poubelle, «sur les axes prioritaires, on peut être d'accord», les intervenants l'ont critiqué sur de nombreux points.

Les dangers de l'incinération
Aux yeux des Verts et des associations de protection de l'environnement présentes, le plan départemental fait une nouvelle fois une part trop belle à l'incinération. Un non-sens selon eux. Outre ses dangers sanitaires «qui ont été avérés par différentes études», rappelle Michel Le Saint, l'incinération a aussi, pour ses détracteurs, un autre défaut de taille. «Pour faire tourner les incinérateurs, il faut les alimenter. Ce qui veut dire qu'on ne peut plus mener une vraie politique de prévention des déchets».

Où l'on reparle de Kérolzec
Le plan prévoit aussi la création d'un centre d'enfouissement de déchets non dangereux dans le département. Le site pressenti est celui de Kérolzec, à Saint-Martin-des-Champs. Une étude de faisabilité a été lancée dans cette optique. Un riverain du site a dit son inquiétude. Par ailleurs, le fameux projet de Plourin, si décrié, ne serait pas totalement abandonné «mais en réserve», selon Michel Le Saint.

Privilégier le tri à la source
Lui, comme les autres représentants d'associations, préconise d'autres voies. À commencer par l'intensification du tri à la source, «en généralisant notamment la collecte sélective à domicile». Une autre piste possible serait, pour eux, le choix de la redevance incitative, «un système dans lequel on ne paye que pour ce que l'on a jeté». Pour le stockage des déchets ultimes, les Verts et leurs partenaires veulent par ailleurs privilégier «l'ouverture simultanée de plusieurs installations de proximité» en refusant «tout projet prévu pour l'ensemble ou la moitié du département».

Une vingtaine de personnes à la mairie
À l'issue de la rencontre de Troudousten, les participants disponibles avaient prévu de se retrouver hier après-midi, à la mairie de Morlaix, afin d'y déposer leurs observations auprès du commissaire enquêteur. Une vingtaine de personnes a pu faire le déplacement. Juste avant la clôture de la permanence. L'occasion, pour les intéressés, de rappeler au commissaire enquêteur leur déception de ne pas avoir pu débattre en sa compagnie lors d'une réunion ouverte à tous.

Jean Philippe Quignon
Le Télégramme - Morlaix - 06/03/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil