Grenelle des ondes. Débat sur les antennes-relais

Le «Grenelle des ondes» entre aujourd'hui dans le vif du sujet avec une première réunion de travail concernant la question la plus polémique, celle des antennes-relais. Le processus vise à identifier les mesures à prendre pour répondre aux inquiétudes grandissantes de la population sur l'impact des ondes sur la santé. Les cas de particuliers se plaignant de maux de tête, de vertiges et de vomissements et accusant l'antenne placée à proximité de leur logement se multiplient. A trois reprises depuis février, les tribunaux ont obligé Bouygues Télécom, SFR et Orange à démonter leurs antennes ou à renoncer à leur installation.

Fermeture d'une école
Hier, le maire de Château-Thierry (Aisne) a décidé de fermer une école située à proximité d'un pylône édifié par Orange, en exigeant de cet opérateur un site alternatif. L'Association française des opérateurs mobiles, se référant aux avis de l'expertise nationale et internationale (OMS), fait valoir de son côté que l'inquiétude «n'a pas de fondement scientifique». Le 23 avril, lors du lancement de ce Grenelle des ondes, Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'Ecologie, avait évoqué «la possibilité de suspendre l'implantation de nouvelles antennes» en attendant une étude que doit rendre en septembre l'Afsset sur l'impact des antennes et des téléphones portables.

 

Le Télégramme - France - 06/05/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil