Consommation électrique. Alerte rouge en Bretagne

Le Réseau français de transport d’électricité (RTE) a lancé pour la première fois , hier, une alerte rouge en Bretagne, invitant les particuliers à limiter leur consommation d’électricité pour éviter un «black-out ».

L’initiative baptisée EcoWatt, lancée le 12 novembre, concerne, pour l’instant seulement, la Bretagne, une région très dépendante de l’électricité du reste de la France et qui s’était retrouvée l’hiver dernier au bord de la rupture d’approvisionnement. L’alerte rouge demande de modérer les consommations d’électricité, entre 17 h et 20 h, « pour la sécurité d’approvisionnement de la région et pour limiter les émissions de CO2 ». Elle a été envoyée par SMS et courriel aux 6.300 personnes qui ont fait la démarche volontaire de s’enregistrer sur le site www.ouest-ecowatt.com. Comme le reste de la France, l’Ouest a enregistré, lundi, un pic de consommation sans précédent de 16.600 mégawatts (un tiers pour la Bretagne), en raison du grand froid, a indiqué le directeur de RTE Ouest, Didier Beny. Le dernier pic, datant de décembre 2007, était de 16.000 mégawatts. Hier, la consommation d’électricité, dans l’Ouest, était inférieure de 100 à 200 mégawatts, alors qu’au niveau national un nouveau record historique était atteint, à 19 h, avec 91.500 mégawatts. En revanche, ce matin, ces valeurs devraient être dépassées. « Tous les moyens disponibles de production d’électricité sont en route aujourd’hui. Pour l’instant, tout va bien, mais on est à la limite. En cas d’avarie, on pourrait être amené à faire des coupures d’électricité ciblées à l’ouest d’une ligne Nantes-Rennes pour éviter un black-out complet », a-t-il expliqué.

« Il faudrait 10.000 à 20.000 volontaires »
M. Beny s’est réjoui du doublement du nombre d’inscrits au dispositif en moins d’un mois. « On est sur une bonne dynamique », a-t-il dit, soulignant que les effets n’étaient cependant pas encore mesurables. « Il faudrait 10.000 à 20.000 inscrits pour qu’on commence à sentir quelques effets » et 100.000 personnes qui modèrent leur consommation pour régler le problème des pics de consommation, a estimé ce responsable. La Bretagne produit localement à peine 7 % de sa consommation d’électricité et dépend des autres régions pour son approvisionnement, notamment le centrale de Cordemais, près de Nantes. Le site d’EcoWatt pourrait faire école dans d’autres régions, selon RTE.

Le Télégramme - Bretagne - 07/01/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil