Ex-Clemenceau. Le fastidieux grattage de la coque a commencé

Les plongeurs de la Marine nationale ont commencé à gratter la coque de l’ex-Clemenceau, en préparation de son départ pour le nord-est de l’Angleterre.

Le travail a commencé lundi matin et devrait être achevé pour la fin de la semaine. Les quinze plongeurs de bord (dont deux plongeurs démineurs) doivent venir à bout des 3.000 à 3.500 m² de coque immergée. La fastidieuse tâche consiste, à l’aide d’un grattoir manuel, à retirer les algues et les parasites (crépidules) qui ont eu le temps de se fixer sur la coque depuis mai 2006, date de son amarrage dans le port militaire de Brest. Les plongeurs se relayent à raison de 4 h de plongée par jour. Mais pour accélérer la cadence, le service de soutien de la flotte a fait appel aux plongeurs de la société spécialisée Tech-Sub, à partir d’aujourd’hui, avec des moyens complémentaires de brossage. Ce grattage décolle-t-il également la peinture antifouling ? Pas à la connaissance de la Marine. À noter que les pêcheurs et les plaisanciers, eux, ne sont plus autorisés, depuis plusieurs années, à caréner leur embarcation en milieu naturel.
 

Les opérations de grattage de la coque de l’ex-Clemenceau ont commencé lundi. Les plongeurs de la Marine seront épaulés, dès ce matin, par une équipe d’une société spécialisée.

Stéphane Jézéquel
Le Télégramme- Bretagne - 08/01/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil