Pollution de l'Elorn. Le président des pêcheurs écrit au préfet

Suite à la pollution avec mortalité de poissons constatée samedi sur un affluent du Quillavaron à Lampaul-Guimiliau, Jean-Yves Kermarrec, président de l'AAPPMA (Association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique) vient d'écrire au préfet. Voici en substance ce qu'il précise: «Le gendarme "free" étant en congé et le garde Onema du secteur n'étant pas joignable, aucun service n'a été en capacité d'effectuer des prélèvements et donc de préciser la nature et la toxicité du ou des polluants. Cette pollution risque donc d'être classée sans suite».
Et, il poursuit: «Comment se fait-il que l'on soit capable, pour une pollution fictive, de mobiliser une armada de spécialistes et de matériel sophistiqué (jeudi 2avril sur l'Elorn) mais, qu'en présence d'une pollution réelle, on soit incapable de déterminer l'origine d'une pollution et d'installer des barrages».
Plus grave encore aux yeux de Jean-Yves Kermarrec: «Personne n'a prévenu l'usine de pompage de Pont-ar-Bled, située à quinzaine de kilomètres en aval. Or, le même jour, le pompage a été interrompu à cause d'une concentration très élevée d'ammoniac» (Télégramme d'hier). Jean-Yves Kermarrec exprime son ras-le-bol et demande que la lumière soit faite sur les dysfonctionnements constatés. L'AAPPMA a décidé de déposer plainte.

Le Télégramme - Landerneau - 08/04/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil