Contournement nord. Les Verts au secours de la vallée

Le contournement nord de Lambézellec n'a pas fini de diviser. Les Verts du pays de Brest feront tout pour sauver la vallée urbaine du Restic, menacée par cette nouvelle rocade.

Ils refusent un nouvel axe routier, une nouvelle voie royale pour les voitures ! «Les nouvelles routes attirent toujours plus de véhicules», selon la porte-parole des Verts, Marif Loussouarn. «C'est inexact de penser que cette nouvelle route améliorera la situation !». «Faire passer la rocade au milieu de cette vallée conduirait à très mal commencer le mandat de la municipalité placé sous le signe du développement durable», se permet-elle de préciser, avant de servir ses arguments. Alors que la chambre de commerce et d'industrie (CCI) a exprimé sa préférence pour cette option (au lieu de faire passer cet axe dans la zone habitée), la Diren vient, quant à elle, de rendre un avis défavorable pour une vallée classée en zone naturelle (zone humide) depuis le Plu voté en 2006. «Grande a été notre surprise lorsque nous avons vu ce projet ressurgir», expliquent les Verts, qui ne veulent pas entendre parler d'une voie de circulation supplémentaire et encore moins d'une route traversant un des rares espaces naturels au nord de la ville. «Attendons de voir la redistribution du trafic avec le tramway. Et surtout, dans un premier temps, établissons une estimation précise du trafic sur l'ensemble du secteur !», argumentent-ils.
 

Julie Le Goïc, Marif Loussouarn, Thierry Terre et Christian Bucher (de gauche à droite) s'opposent à la création d'une «nouvelle voie royale» pour les automobiles.

Report de décision obtenu
Sans nier les difficultés de circulation du boulevard de l'Europe (30.000 véhicules par jour), les Verts se félicitent d'avoir contribué à reporter les prochaines décisions fixées au 25 avril. «Nous avons demandé plusieurs compléments d'information, nous souhaitons une concertation approfondie». «Nous ferons tout pour sauver cette vallée, pas forcément remarquable pour son coup d'oeil et ses paysages mais pour sa spécificité naturelle (flore et faune), ainsi que pour le cours d'eau (le Restic) qui coule en son milieu», ajoute Christian Bucher. Au sein de la majorité, les Verts chevaucheront-ils seuls au secours d'une vallée pressurisée de toutes parts ?

Stéphane Jézéquel
Le Télégramme - Brest - 10/03/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil