État des eaux. L'objectif 2015 implique encore des efforts

La qualité des eaux douces continue, très progressivement, de s'améliorer dans le Finistère, selon le rapport 2008 de la Mission interservices de l'eau (Mise). Mais des efforts restent à produire en vue de 2015. Extraits.

Un dernier coup de rein.
«Malgré des progrès réguliers ces dernières années, des écarts subsistent encore par rapport aux objectifs de bon état écologique des eaux fixés pour 2015. Il y a un dernier coup de rein à donner, sans doute le plus difficile. Mais il faudra y arriver, tous les partenaires ensemble, y compris les agriculteurs qui ont déjà accompli des efforts. C'est une obligation à laquelle nous sommes tous tenus, pas seulement les services de l'État», résume le préfet Pascal Mailhos.

Nitrates en baisse dans les eaux brutes.
Les prélèvements2008 de la Ddass aux prises d'eau potable confirment une diminution progressive de la concentration moyenne en nitrates. Avec une diminution de 1,2mg/l par rapport à 2007. Des dépassements persistent néanmoins du côté de l'Horn, «où la teneur en nitrates peut encore atteindre 80mg/l», pour une norme admissible à 50mg/l, indique Stéphane Garot (Mise). «Mais sur l'Horn, il y a du retard dans les travaux sur le nouveau captage qui devraient être finis à la fin de l'été», souligne-t-il avec le préfet. Dépassement également sur l'Aber-Wrac'h et Kermorvan, avec «des pics à 52, voire 55mg/l».

 

Sauf reports à 2021 ou 2027 pour inertie du milieu ou mise aux normes économiquement pas supportable, 2015 reste la date butoir pour aboutir à «un bon état écologique» de l'eau. Photo Bruno Salaun

Pesticides moins visibles.
Des concentrations supérieures à la norme de 0,1 microgramme/litre ont été mesurées par la Ddass dans 18 prises d'eau, contre 21 en 2007, avec des pointes atteignant jusqu'à 1,34 microgramme/l. Par ailleurs, huit captages d'eaux souterraines sur 85, comme en 2007, ont affiché une concentration en pesticides comprise entre 0,1 et 0,95 microgramme/l. «On trouve encore de l'atrazine dans les nappes, alors qu'elle est interdite depuis 2003», relève Stéphane Garot. «Des molécules disparaissent, d'autres baissent et d'autres restent comme le glyphosate, la molécule la plus présente», ajoute le préfet.

Bonnes eaux distribuées.
99,6% de conformité sur les 2.651 prélèvements bactériologiques effectués en 2008. Seuls dix prélèvements ont révélé des contaminations dans les réseaux de distribution ou le dysfonctionnement de la désinfection. Quant aux nitrates, «aucun abonné du Finistère n'a consommé de l'eau d'une teneur moyenne supérieure à 50mg/l», précise le rapport de la Mise. Il y a cependant eu des dépassements, ponctuels, avec des maxima de 55mg/l, dans quatre communes, contre six en 2007: Cléden-Cap-Sizun, Goulien, Elliant et Saint-Thurien.

Plus de captages protégés.
Le Finistère disposait en 2008 de 134 périmètres protégés sur 189 champs captant d'eaux souterraines. Soit 71% des points de prélèvement, en deçà donc des 80% fixés pour 2008 et des 100% visés en 2010. Mais 51 procédures seraient en cours.

Le phosphore inquiète.
«Les bons résultats des analyses masquent des teneurs en phosphore qui peuvent atteindre plus de 400mg/kg sur certaines terres alors qu'un sol équilibré se situe à 250mg/kg», rapporte le responsable de la Mise. En cas d'érosion, le phosphore migrerait dans l'eau.

Assainissement conforme.
Seules deux stations d'épuration sur 65, Combrit et Camaret, ont lâché des rejets non conformes en 2008. Combrit a résolu le problème en 2009.

Le Télégramme - Finistère - 10/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil