Algues. Pétition pour retarder l'épandage du lisier

Les écologistes en guerre contre les nitrates et la pollution des cours d'eau lancent une pétition pour retarder l'épandage du lisier, autorisé à partir du 15 janvier par le 4e Plan d'action directive nitrate.

Les mots sont durs, les visages fermés sur la plage de Saint-Efflam recouverte d'algues vertes. Les écolos en ont ras-le-bol : en dépit des nombreux programmes lancés - dont le dernier en date est le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdgae) - il y a toujours autant d'algues vertes. On parle d'une année faste. «Pourtant, l'État a tous les moyens pour éviter la pollution depuis dix-sept ans», colère Denis Baulier, militant écologiste (Opération Nénuphar).

Périmètres de protection
Dans sa ligne de mire, la loi sur l'eau qui, depuis 1992, permet aux préfets d'instaurer des périmètres de protection autour des zones de captage d'eau. Ces périmètres - où il est interdit d'épandre du lisier ou autres pratiques polluantes pour les cours d'eau - sont obligatoires dans les zones dites «immédiates» ou «rapprochées» de la zone de captage, mais seulement facultatifs dans les zones «éloignées». Les bassins-versants, couvrant une zone plus grande, n'ont pas été pris en compte dans ces périmètres protégés. «Une décision qui n'a aucun sens !», s'exclame Denis Baulier, qui réclame avec d'autres associations, l'extension de ce périmètre. «Le grand jeu, depuis vingt ans, c'est l'esquive !», lance, amer, Denis Baulier.

 

Les membres d'associations luttant se sont donné rendez-vous sur la plage de Saint-Efflam, connue pour ses algues vertes.

Une agriculture durable
À ceux qui l'accusent de s'en prendre aux agriculteurs, ce dernier dément : lui-même éleveur, il prêche pour une autre agriculture, durable, loin du modèle d'élevage intensif hors-sol. «Un autre modèle est possible, moins coûteux et de meilleure qualité, avec de l'élevage sur litière, un système fourrager à partir de prairies et une rotation appropriée des cultures», poursuit André Pochon, de l'association Vivarmor. À l'heure où la Politique agricole commune est remise en question et où la crise laitière touche le secteur, les militants espèrent une remise en cause du système breton, en faveur d'une agriculture durable.

Date d'épandage du lisier
Autre combat plus immédiat : l'épandage du lisier, autorisé à partir du 15 janvier par le quatrième Plan d'action directive nitrate proposé par l'État. Une décision qui fait bondir les militants : l'hiver est propice aux lessivage et ruissellement, et les nitrates arrivent directement dans les cours d'eau. Vivarmor demande, dans une pétition, à signer jusqu'au 17juillet, d'en reporter la date.

Pratique Pétition à télécharger sur http://pagesperso-orange.fr/vivarmor

Pauline Houédé
Le Télégramme - Lannion - 13/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil