Pétition. « Non à une eau trop chère »

Les membres du collectif « Pour une gestion de l'eau publique » se sont imposé des règles. Ils s'y tiendront. Chaque samedi après-midi jusqu'à la fin de l'année, une dizaine de membres se retrouveront pour faire signer leur pétition. Pour eux, il faut agir tout de suite et ne pas attendre 2012.

Brest dans le Top 5
« Vous savez que Brest est dans le Top 5 des villes les plus chères en eau ? Le contrat d'affermage avec Veolia arrive à terme en 2012, au bout de 25 ans. Le prix de l'eau augmente d'année en année. C'est un bien commun vital ! Il ne faut pas laisser faire ça. Nous réclamons une gestion de l'eau publique pour que les prix baissent. On ne cautionne pas les multinationales », explique Guy Le Brun aux passants. « Dans la majorité des cas, l'eau privatisée est entre 20 et 30 % plus chère que l'eau publique. C'est maintenant qu'il faut agir, après ce sera trop tard », enchéri Guy Ledem.

Une quinzaine d'associations
Derrière le collectif, une quinzaine d'associations sont représentées. Qu'elles soient environnementales, syndicales ou politiques. Pour n'en citer que quelques-unes : Agir pour l'environnement et le développement durable, Ti ar bed, UL CGT de Brest, Solidaires, Forum civique de Plougastel, LCR, Les Verts, etc.

 

Ils étaient une petite dizaine du collectif « Pour une gestion de l'eau publique » à faire signer une pétition aux passants, place de La Liberté, hier.

Le Télégramme - Brest - 14/12/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil