Environnement. BMO désherbe sans pesticides

La communauté urbaine renonce progressivement à l'utilisation des pesticides et lance une campagne de communication pour sensibiliser les habitants de la métropole.

En 1998, l'état des lieux du contrat de baie de la rade a mis en évidence une contamination des eaux par les pesticides et notamment par les molécules d'usage non agricole, qui seraient à l'origine de 20 à 30% de la pollution des eaux. La communauté urbaine a réagi en réalisant un diagnostic de ses pratiques. Elle s'est donc engagée, depuis 2000, dans un programme de réduction des herbicides en modifiant profondément sa stratégie d'entretien et de gestion des espaces publics, qui représentent 800hectares de parcs et jardins, et environ 1.200km de trottoirs.

Des chiffres qui parlent d'eux-mêmes
Pour traiter ses espaces verts, la communauté utilisait une tonne d'herbicides en 1994, 200kg en 2001 et seulement 20kg actuellement. Le recours au traitement chimique est réservé à un usage exceptionnel sur des surfaces perméables lorsque les autres techniques sont inopérantes. Pour la voirie, la collectivité n'a plus aujourd'hui besoin de produit, là où elle utilisait 400kg en 1998. Ce changement de pratique a été mis en place grâce à un programme de sensibilisation et de formation du personnel, et à la mise en oeuvre de solutions alternatives: gestion différenciée des espaces publics, abandon des traitements chimiques sur les gazons et pelouses, recours systématique aux paillages des massifs, aux plantes couvre-sols qui évitent le désherbage et améliorent la qualité du paysage urbain, désherbage manuel, mécanique et thermique. Les nouvelles méthodes utilisées, qui reposent sur la maîtrise de la végétation et non plus sur son éradication, débouchent sur un nouveau paysage urbain, où la végétation spontanée a retrouvé sa place.

Sensibilisation du grand public
BMO poursuit également ses actions de sensibilisation du grand public, par la distribution de plaquettes d'information et d'autocollants «Sans pesticides, ça change la vie!», par la charte «Jardiner au naturel ça coule de source», signée par 23 jardineries. Un jeu concours doté de nombreux lots est aussi organisé à cette occasion.

Le Télégramme - Brest - 16/05/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil