Clemenceau. Pas assez d’eau pour remonter le chenal anglais

Malgré le recours déposé par une association écologiste brestoise, la Marine espère toujours faire appareiller le Clemenceau avant les fêtes de Noël. Mais le film se poursuit autour du vieux porte-avions immobilisé à Brest depuis mai 2006. C’est maintenant du côté d’Hartlepool, dans le nord-est de l’Angleterre, que l’on apprend que le chenal d’accès au port (Tees channel), où est attendu le navire, n’est pas assez profond. « D’importants travaux de dragage sont actuellement en cours et devront continuer dans les prochains jours afin de permettre au navire d’être remorqué jusqu’à quai », confirme l’autorité portuaire. Par ailleurs, quatre navires militaires en attente de démolition sur le site devront être déplacés pour faire de la place au porte-avions français.

Voyage impossible avant la fin de l’année

De sources anglaises, ces travaux et ces manœuvres ne pourront être achevés avant la fin de l’année. Ce nouveau délai bouscule les plans de la Marine qui s’attendait à le faire traverser avant le 20 décembre. Pour le transit, évalué à quatre jours, on sait aujourd’hui qu’il faudra coupler de bonnes conditions météo à des coefficients de marée suffisamment importants.


Le Télégramme - Monde - 16/12/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil