Mor-Glaz. «Le Grenelle de la mer a évité les sujets qui fâchent»

Selon l'association Mor-Glaz et son porte-parole, Jean-Paul Hellequin, le programme du Grenelle de la mer de la semaine dernière est complètement passé àcôté des visites qu'il fallait réaliser à Brest. Au lieu d'honorer Ifremer, la préfecture maritime, l'Abeille-Bourbon, le Cedre ou Océanopolis, «les destinations auraient pu être le port de commerce avec ces navires parfois poubelles et contrevenants, qui escalent bien plus par obligation que par nécessité commerciale (Captain-Tsarev, Matterhorn, Mario-M, etc.), le fond de la Penfeld, avec ces vieilles coques qui attendent (Winner et autres...), la zone protégée (Natura 2000) de Landévennec où attendent ces vieux navires qui appartiennent à l'État. Et si les ministres, spécialistes en tous genres et tous passionnés par le milieu maritime et l'écologie avaient eu mieux à faire que de se balader en rade de Brest et de visiter les Rolls Royce de la mer ?
«Que sont devenues les bonnes idées du premier "Grenelle de l'environnement" ? Plusieurs qui concernaient les activités maritimes et les marins sont restées sans suite et ont été balayées d'un revers de manche. Cette fois nous serons moins naïfs, plus attentifs, plus déterminés aussi».

Le Télégramme - Brest - 17/06/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil