Ex-Clemenceau. Mor Glaz écrit au président de la République

Jean-Paul Hellequin s’est fendu, samedi, d’une lettre ouverte à Nicolas Sarkozy qui, par sa fonction, est également le chef des armées. Cette missive est parvenue par fax au cabinet du président de la République. Le président de Mor Glaz souhaite attirer son attention sur l’appel d’offres concernant la déconstruction de l’ex-Clemenceau, « mais aussi sur l’attribution du marché à une entreprise de Hartlepool qui ne répond pas à cet appel d’offres, ni au cahier des charges ». Rappelant l’actualité récente autour de l’ancien porte-avions - la venue de deux militantes anglaises et la tenue d’une table ronde, jeudi soir, dans la cité du Ponant - M. Hellequin demande à rencontrer, accompagné d’un technicien de son groupement, « l’un des proches conseillers » de Nicolas Sarkozy.

« Le bon sens ? Déconstruire à domicile »
Par ailleurs, Geneviève Henry, conseillère municipale et communautaire (groupe des Indépendants), considère, via un communiqué, que c’est au « gouvernement de prendre ses responsabilités en renonçant à envoyer l’ex-Clemenceau sur le douteux chantier de Hartlepool, qui n’offre apparemment pas les garanties nécessaires pour l’élimination et le recyclage des polluants ». L’élue estime encore que le « bon sens » recommande de démanteler le navire « dans le port où il a été construit » : « DCNS a la capacité de le déconstruire dès aujourd’hui », tandis que des « entreprises privées de notre bassin d’emploi sont, elles aussi, intéressées par ce qui pourrait être la première étape d’une filière nouvelle ».

Le Télégramme - Brest - 19/01/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil