Triomphant. Les dégâts plus importants qu'annoncés

Le sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) français Le Triomphant a été plus endommagé qu'initialement annoncé après sa collision avec un SNLE britannique début février.

La collision a endommagé non seulement le dôme protégeant le sonar du Triomphant ainsi que l'a indiqué la Marine mais également le kiosque du sous-marin et sa barre de plongée (aileron horizontal servant à modifier la profondeur d'immersion) tribord. Du coup, les réparations pourraient être plus longues que prévu, les dégâts subis par Le Triomphant n'ayant pas encore pu être expertisés précisément car toutes les cales sèches de l'Ile Longue, base des SNLE français près de Brest, sont actuellement occupées.

Réparations à Brest ou à Cherbourg
Cette immobilisation sans doute longue du Triomphant fragilise le dispositif de dissuasion nucléaire de la France, qui ne dispose plus que de deux SNLE utilisables pour assurer ses patrouilles dans l'attente de la livraison fin 2010 du Terrible, quatrième bâtiment de nouvelle génération qui doit compléter l'arsenal nucléaire français. Interrogé par l'AFP, le ministère de la Défense n'a pas commenté immédiatement l'information. La préfecture maritime de l'Atlantique n'a pas souhaité non plus faire de commentaire sur l'état du Triomphant. Elle a simplement indiqué que le SNLE serait réparé "soit-à l'Ile Longue soit à Cherbourg", au chantier du groupe DCNS qui construit les sous-marins français.

 

Le Triomphant aurait percuté un sous-marin britannique, le "HMS Vanguard", le 4 février dernier, endommageant le dôme radar et le kiosque.

AFP
Site Internet - Le Télégramme - 19/02/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil