Élimination des déchets. Les Verts très critiques

Le plan départemental d'élimination des déchets pour 2008-2018, actuellement soumis à enquête publique, est loin de satisfaire les Verts. Ils le critiquent sur nombre de points. À quelques semaines de la clôture de l'enquête publique relative au Plan départemental d'élimination des déchets (1), les Verts finistériens écornent le document conçu par le conseil général. Premier grief, majeur aux yeux du Morlaisien Michel Le Saint, «le plan prévoit le maintien en activité des quatre incinérateurs en vigueur dans le département(2). Or, l'incinération est un mauvais système, pour de multiples raisons. Sanitaires: concentrations de dioxine... Environnementales: l'incinération détruit des ressources au lieu de les recycler et crée énormément de sous-déchets, dont des cendres volantes et des mâchefers. Économiques: c'est un modèle coûteux pour le consommateur. Et rigide: quand un incinérateur est mis en place, il faut bien l'alimenter et on le voit bien dans le plan départemental qui prévoit de passer de 237.000 tonnes à incinérer par an, à 240.000...».

«D'abord la prévention»

Autre critique: un certain «manque d'ambition»: «Ces objectifs sont bien trop modestes, déplore le Brestois Christian Bucher. Il devrait comporter en premier lieu un plan de prévention des déchets, des ordures ménagères et des déchets verts. Et promouvoir le système du compostage individuel ou par petits collectifs». Deux autres éléments sont vivement regrettés par les Verts. En premier lieu, une «absence de volonté» d'encourager les collectivités territoriales à mettre en place le système de la redevance incitative plutôt que le régime de la taxe (deux communes de la communauté de Plabennec devraient cependant bientôt l'expérimenter). Redevance qui vise à mieux responsabiliser les usagers en leur permettant de ne payer que le volume ou le poids de déchets qu'ils ont jeté. Et, en second lieu, le choix opéré de deux centres de traitement, l'un au nord du Finistère (sans doute à Kerolzec, en Saint-Martin-des-Champs), l'autre au sud, avec des collecteurs à ciel ouvert. «Pas la bonne échelle, affirme le Quimpérois Jean-Pierre Bigorgne. L'échelon des communautés de communes ou des pays aurait été plus pertinent».

1. Ce plan est consultable dans les mairies jusqu'au 6mars. 2. Ils sont installés à Brest, Briec, Concarneau et Carhaix.

Patrice Le Berre
Le
Télégramme - Finistère - 20/02/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil