Poussières fines. Une alerte à la pollution de l'air hier

Une alerte à la pollution de l'air a été diffusée hier matin, à 8 h, par la préfecture. Les deux capteurs de Brest avaient signalé des valeurs de poussières fines en dépassement de seuil.

«Début janvier déjà, nous avions enregistré à Brest des valeurs pour les poussières fines (inférieures à dix microns) au-delà du seuil de 80 microgrammes/m³ d'air. Un pic lié au chauffage à l'époque», annonce Cyril Besseyre, chargé d'études à Air Breizh. Aujourd'hui, plus question de chauffage, mais de soleil conjugué à l'absence de vent provoquant une stagnation de l'air etdonc de la pollution. «Le phénomène est général sur le nord de l'Europe et aussi en Bretagne, mais Brest est la première ville bretonne touchée par une telle alerte».

Seuils dépassés sur deux stations durant 24 heures

Pour qu'une alerte soit lancée, il faut que deux capteurs de mesure de la qualité de l'air enregistrent simultanément des valeurs moyennes horaires supérieures ou égales à 80µg/m³ sur 24 heures. Les stations installées à l'école Jean-Macé et avenue Camille-Desmoulins analysent en continu la qualité de l'air. Les résultats sont transmis en continu également vers Air Breizh à Rennes. Hier à 4 h, le dépassement de seuil pour les poussières fines atteignait 24 heures, ce qui a suscité l'alerte lancée par la préfecture. Les taux étaient de 81µg/m³ à Jean-Macé et de 90µg/m³ à Desmoulins. En fin de matinée, la première station était revenue sous le seuil d'alerte, mais le pic a perduré sur le second jusqu'en fin d'après-midi. Mais si les conditions anticycloniques durent, de nouvelles alertes peuvent survenir.

 

Le soleil et l'absence de vent ont provoqué une pollution aux poussières fines signalée par les capteurs d'Air Breizh, ici sur le site de l'école Jean-Macé

Des conseils pour moins polluer

Les poussières sont produites par les véhicules, l'industrie, l'agriculture... Pour réduire la pollution, il est recommandé de réduire la vitesse des véhicules, de pratiquer le covoiturage, d'user des transports en commun, d'éviter d'allumer des feux de bois et, pour les industriels, de s'assurer du bon fonctionnement des systèmes de dépoussiérage. Les particules les plus fines peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires et provoquer des troubles respiratoires chez les personnes sensibles. D'autres poussières peuvent transporter des composés cancérigènes. Pas panique pour autant, on peut laisser les enfants sortir et jouer dehors. Seuls les sujets asthmatiques ou sensibles doivent éviter les exercices physiques intenses et privilégier les activités extérieures calmes lors des alertes.

À savoir Pour toute information àcaractère sanitaire, il est possible de contacter Air Santé, tél.02.99.28.25.98. www.airbreizh.asso.fr

Catherine Le Guen
Le Télégramme - Brest - 11/03/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil