S-Eau-S. Débat sur l'eau et son exploitation

L'association S-Eau-S entend relancer le dialogue sur la reprise en régie directe de la gestion de l'eau, àtrois ans de la fin du contrat qui lie laville à Veolia.

Dans le cadre des Journées mondiales de l'eau, qui se sont déroulées fin mars, l'association S-Eau-S organise, vendredi, une réunion publique sur la privatisation de l'eau en France et dans le monde, illustrée par le film «L'Or bleu», de Damien de Pierpont.

L'exemple de l'assainissement
«2012 sera l'année de reprise du contrat. Nous, nous souhaitons un vrai dialogue sur la mise en place d'une régie directe, pas un rapport de force», précise Gérard Borvon, qui siège à la commission consultative du Sivu de l'eau. «Nous avons un bel exemple avec le service d'assainissement de la ville, qui est passé en régie, il y a une dizaine d'années. Il y a eu baisse des tarifs : 43% en dix ans et un service plus efficace. Cela s'est fait sans heurts, avec reprise du personnel et embauche d'un ingénieur. C'est une option peu critiquable». Rien qu'en France, 80% de l'eau est gérée par le privé, ce qui se traduit par des prix de 20 à 30% supérieurs à une gestion publique. Le film donne ainsi des exemples de remunicipalisations réussies.

À l'échelle de la planète
Le débat entend aussi s'élargir, à partir du film, sur le problème de la privatisation de l'eau par des multinationales essentiellement françaises dans d'autres pays : au Maroc, par exemple, où les zones touristiques consomment beaucoup d'eau au détriment des paysans. «La question de l'accès à l'eau pour tous dans le monde nous concerne tout autant que la situation chez nous», souligne Pascale Kerdraon. À noter Projection du film suivie d'un débat, vendredi à 20h30, à la salle municipale. Ouvert à tous.


Le Télégramme - Landerneau - 21/04/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil