Nucléaire. Des malfaçons sur le chantier de l'EPR

«Doutes» sur des soudures, «écarts» de la part d'EDF et de sous-traitants : les antinucléaires alertent sur la qualité du chantier de l'EPR à Flamanville. L'Autorité de sûreté nucléaire relativise.

Le chantier du réacteur nucléaire EPR à Flamanville (Manche) est de nouveau pointé du doigt par les antinucléaires. En cause : des malfaçons que l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a reconnues. Dans quatre rapports mis en ligne sur son site, elle explique avoir eu un «doute», en décembre dernier, sur la qualité finale des soudures réalisées sur le liner, une peau métallique de 6mm d'épaisseur qui englobera le futur réacteur et sera une des barrières à la radioactivité. Selon Thomas Houdré, chef de la division de Caen de l'ASN, qui réalise ces inspections, cette question est aujourd'hui «réglée». EDF a, depuis, rectifié la qualité des soudures en cause et pris des mesures pour que cela ne se reproduise pas. Thomas Houdré ajoute que «sur un chantier de telle ampleur qu'il y ait des écarts, est quelque chose d'inévitable». «Un écart» par rapport au mode de construction initialement prévu «ne signifie par forcément doute sur la sûreté finale» de la construction.
 

Le chantier de Flamanville est le deuxième EPR en construction dans le monde, après celui de Finlande. Photo archives AFP

Mise en service prévue en 2012
Il n'en fallait pas moins pour faire réagir le réseau Sortir du nucléaire. L'association a dénoncé de «nombreuses malfaçons» sur le chantier de Flamanville, des «écarts» de la part d'EDF et de ses sous-traitants. «Les erreurs et les malfaçons font que ce réacteur, s'il entre un jour en service, sera encore plus dangereux que l'on pouvait craindre», interpelle Sortir du nucléaire. Le chantier de Flamanville est le deuxième EPR en construction dans le monde après celui de Finlande qui a accumulé beaucoup de retard, et c'est le seul pour l'instant en France. Les deux doivent, officiellement, être mis en service en 2012. Le réacteur pressurisé européen (EPR, European pressurized reactor) est un projet de réacteur nucléaire de troisième génération, conçu et développé par Areva.

Le Télégramme - France - 23/04/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil