Liaison nord de Lambé. Le Restic, faute de mieux

BMO devrait adopter, ce soir, le passage par Le Restic de la voie de liaison nord de Lambézellec. Un choix partagé par le conseil de quartier.

Le projet de voie de liaison du nord de Lambézellec, reliant Kergaradec au Spernot, vise à améliorer les échanges entre l'est et l'ouest de l'agglo et à soulager le boulevard de l'Europe, fréquenté chaque jour par 30.000 véhicules, ainsi que le bourg de Lambé, traversé quotidiennement par 20.000 voitures.

Le pour et le contre
Une réflexion a été menée sur deux variantes de tracé, l'une en zone urbanisée, entre Roc'h-Glaz et Kérizac, réutilisant des voiries existantes ; l'autre, nouvelle et plus directe, passant par le vallon du Restic. Cette seconde hypothèse a suscité une mobilisation de riverains et de défenseurs de l'environnement. Le conseil consultatif de quartier de Lambézellec (CCQL) s'est penché sur la question. Depuis deux mois, un groupe de travail de cinq conseillers, issus de la commission urbanisme du CCQL, a pesé le pour et le contre.

 

Le groupe de travail (avec André Rosec, à droite) du conseil de quartier précise s'être efforcé de se «forger l'opinion la plus objective possible».

«Nous avons rencontré tous les acteurs dans ce dossier, explique André Rosec, du groupe de travail. Nous nous sommes efforcés de nous forger une opinion qui soit la plus objective possible, en resituant les enjeux pour le quartier et son environnement, en prenant en compte le fait que 3.500 nouveaux habitants sont attendus dans les années à venir, etc. Certains d'entre nous ont d'ailleurs changé d'avis au fil des semaines».
Les conclusions du groupe de travail ont été présentées le 12 juin au CCQL et approuvées par la majorité des présents.

«Un choix par défaut»
Celles-ci privilégient la variante 2 du projet, qui prévoit le passage par Le Restic. «La variante 1, poursuit André Rosec, aurait pour conséquence de renforcer les nuisances, notamment sonores, pour les riverains et l'urbanisation actuelle du secteur laisse peu de place à la réalisation imaginée. La variante 2 a été préférée mais il s'agit d'un choix par défaut car l'aménagement prévu est insuffisant pour désengorger le quartier. Nous attendons donc un schéma global de circulation de la partie ouest du pays de Brest».
Les conseillers de quartier demandent aussi aux élus communautaires un réaménagement du boulevard de l'Europe et une révision du phasage des travaux. Enfin, ils souhaitent être associés au suivi de l'exécution de ce projet.
Quoi qu'il en soit, leur appui, même conditionné, au passage de la nouvelle voie par le vallon du Restic vient conforter la collectivité dont la préférence est un secret de Polichinelle. Ce qui devrait d'ailleurs être confirmé ce soir, au conseil de BMO.

Patrice Le Berre
Le Télégramme - Brest - 26/06/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil