Ex-Clem. La désignation d’un expert indépendant demandée

Après l’annonce de la découverte de parasites sur la coque de l’ex-Clemenceau (notre édition d’hier), David Rajjou, l’avocat de l’association brestoise AE2D, annonce qu’il demandera, lundi, la désignation d’un expert judiciaire indépendant, motivée par une « insuffisance de renseignements ».
« Cette découverte valide le cœur de notre recours contre la décision de la Drire (Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement) autorisant l’exportation du navire-déchet vers l’Angleterre. Après la décision de la Drire, qui dépend, je le rappelle, du ministère de l’Environnement, on nous avait assuré qu’il n’y avait aucun problème, que tout était clair... On voit le résultat ! Nous ne faisons pas confiance au communiqué de la Marine nationale au sujet du grattage annoncé et nous réclamons qu’une étude fouillée soit menée ».
De son côté, Jean-Paul Hellequin, de l’association Mor Glaz, ironise : « Une fois de plus, le départ de l’ex-Clemenceau est différé, pour des raisons qui vont faire rire l’ensemble de l’Union européenne ». « Nos amis britanniques, ajoute-t-il, doivent savoir qu’il y a encore plus grave que ces "parasites" sous la coque. Il y a aussi de grandes quantités d’amiante et d’autres produits toxiques qui ne pourront être traités à Hartlepool. (...) Nos amis d’outre-Manche doivent refuser l’arrivée de cette coque chez eux et prendre enfin conscience que d’accepter ce déchet militaire, serait accepter de traiter, dans le futur, les déchets de ceux qui ne veulent pas le faire chez eux. (...) Une solution existe pour déconstruire l’ex-Clemenceau en France, voire même à Brest ».


Le Télégramme - Finistère - 27/12/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil