Élimination des déchets. Les Finistériens ont la parole

Une enquête publique préalable à l'approbation du plan d'élimination des déchets ménagers se déroulera à partir de lundi prochain et jusqu'au 6mars. Le dossier sera consultable dans six villes du département (*).
Au-delà de l'aspect formel, les élus du conseil général, dont Chantal Simon-Guillou qui a beaucoup planché sur le sujet, sont attachés à une réelle implication des Finistériens. Comme tout dossier d'enquête, l'épais document ne sera sans doute lu que par quelques associations et autres spécialistes. L'expression des habitants est pourtant essentielle. «Ce travail a suscité l'unanimité du conseil général, a rappelé lundi Pierre Maille. Nous espérons qu'il sera validé par les Finistériens». Il ne cache pas que l'adhésion des habitants à ce plan facilitera ensuite l'aboutissement du chapitre le plus délicat: l'installation de deux centres d'enfouissement des déchets ultimes. Même si le choix sera de la responsabilité des syndicats territoriaux.

Deux zones parallèles
Un des fondements du plan présenté repose sur la création de deux zones, nord et sud, équipées à l'identique: centre de tri des emballages ménagers, unité de valorisation organique, unité de valorisation énergétique, plate-forme de maturation des mâchefers, installation de stockage des déchets non dangereux. Il faudra que chaque territoire s'organise pour s'équiper. Le plan annonce aussi des objectifs ambitieux: la réduction de 25% des ordures ménagères incinérées ou stockées dans les dix ans. Tout cela n'ira pas sans l'accord des producteurs d'ordures, c'est-à-dire l'effort de chaque habitant. D'où l'enjeu de l'enquête pour responsabiliser les Finistériens.

* Quimper, Brest, Carhaix, Châteaulin (conseil général ou délégations), Quimperlé et Morlaix (mairies).

 

Ronan Larvor
Le Télégramme
- Finistère - 28/01/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil