Beg-Meil. 2010, année du sentier côtier ?

Le préfet Pascal Mailhos a tenté, hier soir, de clore le dossier du sentier côtier de Beg-Meil en présentant un nouveau projet devant le conseil municipal de Fouesnant. Et ainsi de calmer des esprits de plus en plus contestataires. Mission réussie, à priori.

Ce projet semble avoir avait reçu l'aval des différentes parties, et notamment du représentant du collectif «La Gauche Naturellement», André Bernard, qui a avoué «une notable avancée du dossier».

Loi, nature et intimité
Pascal Mailhos a tenu à associer le maire de Fouesnant aux travaux et efforts réalisés sur ce dossier qui alimente la gazette beg-meiloise depuis une trentaine d'années. «Nous avons rencontré et reçu l'accord de l'ensemble des propriétaires, et notamment des riverains des deux à trois endroits nécessitant une évolution. Nous avons donc présenté, en primeur, aux conseillers municipaux un nouveau tracé. Sur les deux kilomètres séparant la cale du sémaphore, 1,8km passe par des terrains privés et seuls 200 m soulevaient un contentieux. Des solutions, en accord avec les propriétaires ont été trouvées. Des murets, petites passerelles et encorbellements fréquentables toute l'année seront installés, de même que des aménagements paysagers réalisés. Tous les travaux seront à la charge des propriétaires et non des collectivités», explique le préfet. «Mais que ce fut difficile, car le débat était passionnel et le tracé doit convenir à tout le monde. Il fallait respecter la loi, bien sûr, mais aussi la nature et l'intimité des riverains».

 

 

Les membres du collectif «La Gauche... Naturellement» et ceux de l'Association de sauvegarde du Pays fouesnantais ont déployé une banderole devant les bâtiments

«C'est un véritable consensus, poursuit Roger Le Goff. Le tracé répond à la loi et préserve la nature et les propriétés. Certains riverains ont fait de réelles concessions. Ainsi, le sentier passera derrière le célèbre kiosque, à l'intérieur même de la propriété. Il y a vraiment eu du chemin de fait».
«Concrètement, nous pouvons même d'ores et déjà annoncer un calendrier», reprend le préfet. «L'étude technique et la conception du dossier seront réalisées en septembre. Les enquêtes publiques, au nombre de quatre, auront lieu début 2010 et, après approbation éventuelle du tracé, le sentier pourrait être ouvert en mai ou juin 2010». Des dates qui ont eu l'heure de plaire à l'opposition et aux associations: «Que nous sommes tout disposés à rencontrer», clament de concert le maire et le préfet.

Affaire close
«L'affaire» du sentier côtier de Beg-Meil semble donc désormais entrer dans la «légende» de la petite station balnéaire fouesnantaise. Les propriétaires fort renommés qui ont longtemps refusé de céder la servitude de passage piétonnier de 3 m imposée par la loi sur l'ensemble du littoral français, l'association de sauvegarde de la nature (ASPF), des élus d'opposition ainsi que de nombreux randonneurs et promeneurs vont peut-être pouvoir enfin marcher d'un même pas. Après des procès en veux-tu en voilà, des recours, des solutions plus ou moins fantaisistes proposées par lesdits propriétaires qui avec force grillages, haies ou murets ne cessaient de défier la loi et les amoureux de la nature, chacun voit le bout du tunnel. Il était temps.
En effet, si le quidam voulait rejoindre le sémaphore depuis la cale via le sentier, il lui fallait descendre sur la plage. Notamment sur celle des Oiseaux. Le promeneur savait faire contre mauvaise fortune bon coeur et quelques pas sur le sable blanc de Beg-Meil sont loin d'être désagréables. Mais les propriétaires l'avaient peut-être oublié, nous sommes en Bretagne et non en Méditerranée. Ici, il existe ce que l'on appelle la marée. Avec un coefficient supérieur à 80, impossible au randonneur de traverser la plage des Oiseaux. Il lui faut donc rebrousser chemin, ou prévoir une combinaison de plongée.

Christian Le Beuze
Le Télégramme - Quimper - 30/06/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil